AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You shouldn't be here !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : À Paris chez les Aristochats ~

MessageSujet: You shouldn't be here !   Dim 7 Avr - 19:55


Haerin & Kevin

En cette fin de l’hiver on ne peut pas dire que la chaleur soit au rendez-vous. C’est même tout le contraire … L’hiver a décidé de jouer les prolongations visiblement. Malgré que nous soyons théoriquement au printemps désormais. Emmitouflé dans mon gros mentaux et une épaisse écharpe bleue, je me dirige vers la forêt. Pourquoi je vais là-bas malgré le froid mordant et la nuit qui tombe ? Bonne question … En fait, il y a quelques heures, j’ai encore perdu connaissance. C’est de plus en plus fréquent et honnêtement, c’est plutôt effrayant. Est-ce que je devrais aller à l’hôpital pour me faire examiner ? J’ai toujours cette intime conviction que ces pertes de connaissance sont liées à mon coma. De plus, il y a toujours ce rêve récurent. Je ne suis plus moi ; Kevin Blue, mais un chat. Un félin roux, qu’un autre animal noir surnomme ; Toulouse. Je deviens dingue, c’est ça ? Voilà, pourquoi je ne veux pas me présenter à l’hôpital. Ils me demanderont forcément si à part mes pertes de connaissance, j’ai d’autres symptômes. Si je leur réponds que je fais toujours ce même rêve, qui a l’air plus vrai que nature, je vais passer pour quoi ? Certes un simple songe, ne veut pas dire grand-chose, mais je ne préfère pas prendre de risque. Il y a ce détail qui me dérange. Le collier de ce chat que j’incarne dans mes rêves, c’est un ruban bleu ciel … Exactement de la même couleur que ce ruban accroché à mon poignet. Je me pose trop de question … C’est sûrement ça. Je devrais arrête de me torturer l’esprit, ce rêve finira par partir. J’essaie de m’en convaincre.

Voilà pourquoi je suis ici à cette heure-ci. Je voulais changer d’air et m’aérer un peu l’esprit. Néanmoins, je sais que faire toujours le même rêve au détail près, ce n’est pas … Normal. De toute façon, j’ai l’impression que dans ma vie rien n’est normal. Je me suis réveillé il y a deux ans dans cette ville et j’étais dans le coma depuis un bon moment visiblement. Mon réveil relevait du miracle d’après les médecins. Je ne me souviens de rien. Je n’ai plus d’enfance, plus d’adolescence. Comme si ma vie n’avait commencé qu’il y a deux ans à peu près. Mon premier souvenir remonte aux murs blancs de l’enceinte du centre hospitalier. Je soupire. Je suis ici, pour me changer les idées, pas pour ressasser le passer. J’ai profité de ma petite balade dans les bois pour sortir Sunny ma petit Golden Retriever. Elle est toute jeune, à peine six mois et elle veut sans arrêt sortir. Je la trouve adorable. C’est pour ça que je l’emmène très souvent à la boutique. Au moins elle ne reste pas enfermée à l’appartement et elle voit du paysage. De plus les clients adorent Sunny. C’est un peu la mascotte de la pâtisserie. J’aurais peut-être mieux fait d’adopter un chat … Ma boutique s’appelle ; The Blue Cat Bakery, mais j’ai littéralement craqué sur ma Sunny … Et puis un chien c’est tellement plus affectueux qu’un chat, de mon point de vue.

Je relève la tête quand j’entends du bruit. Des bruits de pas plus exactement, un craquement de brindilles sèches. Je n’ai pas spécialement peur, je veux juste savoir à qui j’ai à faire. Ce n’est qu’une jeune fille. Du moins … Elle n’a pas l’air bien vieille. Sunny à qui j’ai retiré sa laisse en entrant dans le bois, court vers cette nouvelle venue. J’avais oublié de le préciser … Sunny adore la compagnie et elle n’a pas du tout peur des nouvelles têtes, bien au contraire. Cependant je fronce les sourcils. Ce n’est pas très prudent de se promener seule dans les bois à une heure pareille ? Je ne montre pas l’exemple en étant là moi-même, mais … C’est mon problème. Ce qu’il m’arrive n concerne que moi, je ne veux pas qu’il arrive malheur à quelqu’un d’autre. Je prends la même direction que la petite chienne et je vais à la rencontre de cette fille. Sunny est déjà à bondir autour de cette fille. Je lui adresse un petit sourire, tout en rappelant l’animal à mes côtés pour qu’elle arrête d’importuner n’importe qui. L’avantage avec cette adorable boule de poils, c’est qu’elle est hyperactive et joueuse mais très obéissante aussi. Malgré qu’elle soit encore bien jeune et qu’elle en connaisse un rayon sur les meilleures bêtises pour me casser les pieds.

- Bonjour … Excusez-moi de me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais … Est-ce que vous êtes perdues ?

Demandais-je très amicalement. C’est une hypothèse. Ce qui expliquerait pourquoi elle est dans la forêt seule et sans personne. Ou alors je me trompe et elle est là consciemment. Est-elle seulement consciente du possible danger qu’il y a ici ?

- Je me trompe peut-être mais … Se promener seule n’est pas forcément une idée très judicieuse, surtout que la nuit tombera sous peu. Si vous êtes perdues, je peux vous aider à retrouver le chemin, je connais bien cette forêt.

Oh que oui, je la connais plutôt bien et pour cause. Je viens ici chaque fois que je perds connaissance et je vous avais prévenu que c’était de plus en plus fréquent. Je souris toujours amicalement à la jeune fille. Je ne veux pas qu’elle prenne mal mon intervention … Je veux juste aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 50
Date d'inscription : 25/03/2013

MessageSujet: Re: You shouldn't be here !   Lun 8 Avr - 13:28





You shouldn't be here !

Feat Blue Kevin & Haerin Red


Je ne m’étais pas vraiment attendue à ce qu’il fasse aussi froid lorsque j’étais sortie, j’avais clairement surestimé les températures de cette saison. Ou alors j’avais tout simplement oublié que nous n’avions pas encore totalement quitté l’hiver et que par conséquent les températures s’en ressentaient.
J’avais juste remis mes affaires de cette journée et avait pris au passage une simple veste que j’avais enfilé à la hâte. J’avais également pris soin lorsque je descendis les escaliers et ouvris la porte d’entrée pour sortir, de ne pas réveiller mère-grand qui s’était assoupie devant la télé comme cela lui arrivait très souvent. Si elle avait su que je sortais alors que la nuit menaçait et en plus seule, elle aurait fait barrage devant la porte et jamais je n’aurai pu prendre l’air car mère-grand était plutôt une personne paranoïaque et était effrayée que quelque chose puisse m’arriver. Je dois bien admettre qu’elle était une grand-mère surprotectrice mais j’imagine que je ne pouvais pas lui en vouloir. Elle m’avait toujours offert ce dont j’avais besoin ainsi que beaucoup d’affection et d’attention. Certes elle n’était pas ce genre de personnes à soumettre les autres à des quotidiennes et multiples embrassades mais je n’avais pas besoin de cela pour connaître ses sentiments à mon égard mais également pour comprendre les moments où cette dernière voulait me témoigner son amour à sa propre manière, c’est-à-dire via ses multiples avertissements contre le danger présent à l’extérieur. Je pense qu’il y avait une raison pour que mère-grand soit aussi effrayée du danger qu’il pouvait m’arriver et cette raison c’est parce que mes parents étaient décédés à mon plus jeune âge, je n’avais aucun souvenir d’eux, tout ce qui me restait à leur sujet était juste les témoignages de mère-grand qui le cœur lourd me les décrivait physiquement, moralement ou alors me parlait de la vie qu’ils avaient vécu ensemble, avec moi… Des moments dont je n’avais pas souvenir et qui étaient bien lointain. Tout ce que je pouvais me rappeler c’est ma vie aux côté de mère-grand, cette grand-mère bienveillante qui m’avait élevé depuis mes 9 mois, cette mère mais également ce père de substitution, mère-grand avait su combler comme elle l’avait pu ces deux rôles. Jamais auparavant je n’avais considéré tout ce que mère-grand avait dû subir pour moi et je me rendis compte que cette vieille dame avait dû rassembler beaucoup de courage. Je comprenais maintenant pourquoi elle était si dure et teigneuse, cela était dû à toutes les épreuves qu’elle avait dû traverser. J’aurai tellement aimé avoir autant de forces mais j’avais juste l’impression d’être faible et incapable de faire la moindre chose sans son aide. Je lui jetai un regard affectueux puis sortis, j’en avais vraiment besoin.

Le froid m’y aidant, je décidai de faire un peu jogging, je ressentais le grand besoin de courir, d’évacuer toute cette pression qui me comprimait intérieurement et surtout de chasser les effets de cet horrible cauchemar qui m’avait réveillé brutalement et avait mis fin à mon voyage dans le royaume des songes, le besoin de sommeil ne se faisant même plus ressentir.
Je courrai de toutes mes forces, à toute vitesse, presque à l’aveugle étant donné que je ne savais pas où mes pas me menait, totalement perdue dans mes pensées et mes réflexions tandis que le paysage défilait rapidement sous mon œil hagard. J’avais l’impression d’être somnambule, prisonnière d’un corps en action que je ne pouvais pas diriger. J’avais comme l’impression que ma course était dirigée par quelqu’un d’autre, que ce quelqu’un d’autre me menait vers un lieu bien défini que pourtant je ne connaissais pas… Je continuai de laisser mes pas me guider tandis que mon esprit se laisser aller à repenser au cauchemar que j’avais fait il y a peu… Il n’était pas rare que je cauchemarde, je dirai même qu’il était très fréquent, cela avait duré depuis mon accident… Ce jour où mère-grand assise à mes côté, sa vieille main serrée dans la mienne avait assisté à mon réveil. Je ne savais pas ce qui m’avait mené là mais selon elle, j’avais échappé à la mort de près… J’essayai de savoir ce qu’il en était, l’origine de mon accident mais elle-même semblait confuse à ce sujet, comme si elle aussi avait perdu connaissance de ce fait, comme si tout ce qu’elle se rappelait c’était l’instant même, moi au bord de la mort et elle inquiète. D’ailleurs je n’avais plus aucun souvenir d’avant mon réveil.
Je dois bien reconnaître que j’avais trouvé cela étrange mais par la suite d’autres évènements chassèrent cela de mon esprit, notamment ces horribles cauchemars dont j’avais parlé plutôt… Ces cauchemars qui au fil du temps devenaient de plus en plus violents… Ces cauchemars où sans cesse je rêvai d’un loup qui ravageait la ville et attaquait ses habitants…
Et de nouveau j’avais rêvé de cette situation mais ce qui m’éprouva davantage c’est lorsque je vis que la victime de l’horrible monstre n’était autre que mère-grand qui baignait dans son sang, assassinée par cette vile créature. Mais le pire demeurait qu’encore et toujours ce loup, c’était moi… Je vivais encore ce cauchemar des yeux de cette horrible créature…

Je ne pus m’empêcher de ressentir un frisson à l’idée de repenser à cela, il fallait que j’arrête d’y songer, ce n’était que le fruit de mon subconscient, des inventions… Je me faisais peur et me donner du tracas pour rien… Alors que je commençai à revenir à moi petit à petit, je me rendis compte que ma petite course m’avait mené dans la profondeur des bois. La seule source de lumière présente était celle du soleil qui commençait de plus en plus à tirer sa révérence pour bientôt céder sa place à son amie la lune. Malgré ce fait, je n’étais même pas terrifiée, au contraire, jamais je ne m’étais sentie aussi sereine, je ne pensais même plus à mes tracas précédents, je me détendais juste et essayais de trouver la sortie de ces bois mais sans grande inquiétude, c’est comme si je semblais connaître le chemin sur le bout des doigts, tout me semblait comme familier. Alors que je marchai, j’écrasai une brindille sèche, je n’eus même pas le moindre sursaut alors que n’importe qui à ma place aurait pu mais comme je le disais, j’étais sereine, je me sentais en confiance même.
Alors que je m’apprêtai à emprunter une nouvelle direction, j’aperçu une personne au loin mais avant que je n’eus le temps de réagir, mon regard tomba sur une boule de poil pleine d’entrain qui s’était ruée sur moi, il s’agissait d’un chien ou alors d’une chienne. Par reflexe je tendis ma main dans sa direction que la bête sentit mais elle n’eut aucune réaction hostile en retour. J’estimai donc que je pouvais la caresser et c’est ce que je fis, elle ne semblait pas détester cela, au contraire. Tout d’un coup son maître (je le devinai au son de sa voix) rappela son animal nommé « Sunny » ( le chien était donc une chienne) puis se dirigea vers moi pour m’adresser la parole :

- Bonjour … Excusez-moi de me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais … Est-ce que vous êtes perdues ?

Je le regardai d’un air étonné. Paraissais-je perdue ? Je pensais avoir l’air sereine pourtant, à moins que je m’étais trompée ? J’étais un peu décontenancée.

-Bonsoir… Non je ne suis pas perdue, je me promène juste. Vous ai-je donné l’impression de m’être égarée ?

Je lui répondis cela très calmement et essayai d’adopter le même ton amical, il me semblait sympathique et inoffensif. Cependant je me demandai bien ce qui avait pu le mener en ces lieux, seul avec sa chienne, ce n’était pas très prudent. A cet instant je fis abstention de l’idée que dans mon genre je n’étais pas mieux voir même pire lorsqu’ il s’adressa de nouveau à moi :

- Je me trompe peut-être mais … Se promener seule n’est pas forcément une idée très judicieuse, surtout que la nuit tombera sous peu. Si vous êtes perdues, je peux vous aider à retrouver le chemin, je connais bien cette forêt.

-Je vous remercie de votre gentillesse et de vous soucier de moi mais vous savez cela s’applique également à vous-même. Certes vous êtes accompagné par votre chienne mais le fait est que cela reste dangereux, même pour vous.

Je ne pus m’empêcher de lui retourner sa remarque non par animosité mais juste parce que je me souciais de lui autant qu’il se souciait de moi, c’était par pure sympathie d’ailleurs je lui retournai son sourire en lui disant cela. Le fait est que j’aimais m’occuper des gens même si je les connaissais pas vraiment, j’étais du genre à donner facilement ma confiance, ce que mère-grand m’avait très souvent reproché bien que je commençais vraiment à faire des progrès à ce sujet.

Fiche créée par Kyul



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 31/03/2013
Localisation : À Paris chez les Aristochats ~

MessageSujet: Re: You shouldn't be here !   Lun 15 Avr - 18:04

Une banale balade en forêt après une de ces nombreuses pertes de connaissance, accompagnée de ce rêve tellement étrange. Comme à chaque fois que cela arrive, je sors prendre l’air, j’ai vraiment besoin de m’aérer l’esprit quand ce rêve survient. Tout semble si réel. J’en ai presque la chair de poule. L’hiver ne nous a pas encore quitté alors je m’emmitoufle dans un gros mentaux et un écharpe. Bien sûr, Sunny me fait les yeux doux pour sortir. Je lui souris tendrement et elle sautille dans tous les sens alors que je fixe sa laisse. Elle est tellement adorable quand je la sors. Quoi qu’elle le soit tout le temps … Une fois en forêt je laisse la petite chienne gambader. Je n’aime pas spécialement l’attacher, mais Sunny est jeune et un peu fofolle. Bien qu’elle ne fasse pas de mal à une mouche, c’est à sa propre sécurité que je pense. Il manquerait plus qu’elle se fasse percuter par une voiture. C’est pour cela qu’en ville je la garde près de moi et qu’en pleine nature je la laisse s’amuser. Sunny est une petite chienne très sociable et qu’à moitié surpris qu’elle ait déjà trouvé une camarade de jeu. À moitié, car ne connaissant pas la timidité, elle va quémander des caresses, mais je ne m’attendais vraiment pas à croiser quelqu’un ici. Une jeune fille qui plus est. Non pas que ne la pense pas capable de se défendre seule juste parce qu’elle est une fille. Je ne suis pas du genre à avoir ces préjugés-là. Disons juste que mon côté protecteur prend le dessus comme toujours. Je suis un peu toujours à me comporter en preux chevalier ou que sais-je encore. Le fait que ce soit une jeune fille n’a rien à voir dans cette histoire. Je rappelle Sunny à mes côtés et je me permets donc de demander à cette jeune femme si elle est perdue. Je propose aussi mon aide pour la raccompagner si elle était vraiment perdue. Elle semble étonnée par mes propos, je ne veux pas qu’elle le prenne mal, c’est juste une question de sécurité. Se balader seul peu importe pour qui, ce n’est pas très prudent. Même pour moi, mais cela je ne l’avouerai pas. Je souris.

- Oh … Pas réellement … C’est juste que se promener à cette heure dans la forêt seule, ce n’est pas la plus brillante des idées. Alors j’ai juste pensé que vous n’étiez pas ici de votre plein gré. La forêt n’est pas l’endroit le plus sûr …

Je ne veux pas enfiler le rôle du donneur de leçons –bien que ça m’arrive très souvent malgré moi- je me permets de sous-entendre un petit reproche. Je lui reproche d’être ici alors que niveau sécurité, ce n’est pas le meilleur endroit. Il y a certainement des bêtes, si on se perd c’est vraiment dur de retrouver son chemin et le froid de cette fin d’hiver d’aide en rien. Vraiment, si cette jeune fille est là de son propre chef ce n’est pas bien malin. Je ne donne pas l’exemple, mais s’il m’arrive quelque chose à moi, ce n’est pas grave –de mon point de vue. Je ne veux juste pas qu’il arrive quelque chose de fâcheux à quelqu’un d’autre. Je ris. Elle a vu juste. Je ne suis pas un modèle, même si je lui fais en quelque sorte la morale. Je ne suis pas immunisé contre les dangers et les risques.

- Oui, mais vous n’avez pas de souci à vous faire pour moi. Je connais plus que bien cette forêt, elle ne me fait plus peur.


C’est vrai cela … Je la connais tellement bien que je pourrais presque dessiner une carte des lieux. Enfin, peut-être pas, mais c’est juste pour imager. Mes rêves sont de plus en plus récurant et comme chaque fois que je rêve je viens ici … Je commence à en connaître les moindres recoins.

- En plus vous n’avez pas l’air très couverte … Ce serait bête d’attraper un rhume, vous êtes sûre de vouloir rester dans le froid et dans la nuit, seule ?

Même si je risque de me faire rembarrer, je m’en fiche. Je n’aurai pas la conscience tranquille si je l’abandonne ici. S’il devait lui arriver quelque chose par la suite … Je me sentirai responsable, car j’aurais pu l’éviter. Non vraiment je n’allai pas la laisser ici … Hors de question.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 50
Date d'inscription : 25/03/2013

MessageSujet: Re: You shouldn't be here !   Sam 20 Avr - 14:54





You shouldn't be here !

Feat Blue Kevin & Haerin Red


Durant ma course folle, je m’étais accordée un moment de répit de quelques minutes afin de reprendre mon souffle. J’avais couru à une vive allure et à présent j’en ressentais les effets. A bout de souffle je vins donc m’adosser contre le tronc solide d’un arbre bourgeonnant. J’étais essoufflée et même assoiffée, je regrettai d’ailleurs de ne pas avoir emporté avec moi de quoi boire. Néanmoins je ressentais un bien fou à présent. Comme si courir de toutes mes forces m’avait libéré de tous mes maux, mes doutes et mes peurs. Je soupirai un bon coup afin d’oxygéner mes poumons comprimés par mes efforts, l’air était frais, l’odeur boisée et humide de la flore venait caresser mes narines. J’appréciais fortement ce moment de calme et de détente, j’avais toujours adoré la nature. D’ailleurs je m’étais toujours définie comme une fille de la nature. Certes j’aimais la ville mais malgré ce fait je préférais la nature d’ailleurs j’avais besoin au moins une fois par jour de faire un petit détour soit dans la forêt ou soit à la mer afin d’humer l’air moins pollué que l’on pouvait en ville. Cet air plus naturel et authentique.
J’avais toujours aimé la forêt, je ne sais pas pourquoi mais j’avais comme l’impression de ne faire qu’un avec, comme si j’y avais toujours vécu alors que mes moindres souvenirs me signifiait que je n’avais jamais quitté la ville.
Après avoir repris mon souffle et profité de l’environnement, je me relevai et commençai à marcher pour rentrer chez moi, je n’avais plus la force de courir et je n’étais pas si pressée de rentrer, j’avais le temps.
Puis c’est lors de ma marche que je suis tombée sur cette petite chienne, la petite Sunny, une charmante petite golden retriever (il me semblait) très affectueuse qui semblait m’avoir déjà adoptée dès cet instant où ses petits yeux brillants de bonheur s’étaient posés sur moi. Heureusement pour elle, j’aimais beaucoup les animaux même si à la maison nous n’en avions pas. Je m’amusai à gratouiller le ventre de la petite chienne qui roulait de bonheur, la langue pendante tandis que je riais, amusée par son comportement. Son maître arriva immédiatement après, il était grand et me semblait pas beaucoup plus vieux que moi. Il vint immédiatement rechercher sa petite chienne et je compris au moment-même qu’il s’en occupait très bien, d’ailleurs Sunny lui rendait bien étant donné qu’elle revint immédiatement vers lui pour lui faire la fête.
Le jeune homme semblait inquiet à mon sujet, il ne semblait pas comprendre pourquoi je me trouvais ici et de plus seule, surtout que mes réponses vagues n’avaient aidé en rien à en savoir plus. D’ailleurs je n’avais pas pensé que ma présence ici était étrange, pour moi cela m’avait paru normal mais maintenant que j’y réfléchissais, je devais avoir l’air d’une folle avec mon visage rougi par l’effort, mes cheveux dégueulassés par la sueur et mon souffle encore haletant à cause de ma course folle. Subitement je devins gênée et un peu honteuse de la première impression que je donnai à ce jeune homme. Alors que je commençai à me renfrogner et tirer une petite mine de petite fille boudeuse, peu fière de mon apparence négligée actuelle, le jeune homme s’adressa de nouveau à moi :

- Oh … Pas réellement … C’est juste que se promener à cette heure dans la forêt seule, ce n’est pas la plus brillante des idées. Alors j’ai juste pensé que vous n’étiez pas ici de votre plein gré. La forêt n’est pas l’endroit le plus sûr …

-Je dois bien admettre que ce n’est pas très intelligent. Si vous voulez savoir, je faisais du jogging et mes pas m’ont machinalement mené ici, c’est l’endroit parfait pour courir car ici c’est humide et l’air est bon. J’aime beaucoup la nature, je décidai de lui raconter brièvement la raison qui m’avait amenée ici et lui justifiai en même temps mon apparence négligée afin qu’il comprenne qu’habituellement je n’étais pas ainsi. A moins que je ne l’étais pas tant que ça et que c’était moi qui dramatisais un peu trop ?

Soit dit en passant, il me sembla entendre une petite nuance de reproche dans sa dernière réplique mais je ne me vexai pas et ne le pris pas mal. J’avais connu pire comme modèle de donneur de leçon et jamais il ne pourrait battre dans le domaine celle qui était pour moi la championne incontestée, mère grand. Il n’y avait pas pire donneur de leçon qu’elle donc à côté ce jeune homme me paraissait être un agneau, je ne pouvais pas m’emporter pour si peu surtout que cela partait d’une bonne intention. D’ailleurs à l’idée d’associer ce jeune homme donneur de leçon à mère-grand championne du domaine me fit éclater de rire, le pauvre n’était pas gâté d’être associé à ce tyran et surtout qu’en fait ils ne semblaient pas tant à voir que cela. Cette association étrange me faisait rire énormément, j’espère qu’il ne prendrait pas mal mon amusement ou encore penserait que j’étais folle à éclater de rire comme ça sans prévenir pourquoi mais j’avais été prise de court.

Quelques minutes plus tard, je repris mes esprits et m’excusai mais je ne donnai pas la raison de ce fou rire, me disant qu’il n’en avait peut-être rien à faire. Je pris soin de lui signifier que lui aussi se trouvait seul dans ces lieux, ce qui me rappelait davantage ma relation avec mère-grand qui souvent me reprochait des choses alors qu’elle aussi était en général concernée. Je sentis le rire naître de nouveau au fond de mes entrailles mais je tâchai de me retenir, je ne voulais pas que ce garçon croie que je me moque de lui. A la place j’esquissai donc un sourire en coin tandis que le jeune homme me répondit :

-Oui, mais vous n’avez pas de souci à vous faire pour moi. Je connais plus que bien cette forêt, elle ne me fait plus peur.
-Je m’en excuse mais c’est plus fort que moi, je me soucie toujours des gens qui m’inspirent un bon sentiment et vous faites partie de ces personnes concernées, je lui répondis.
-En plus vous n’avez pas l’air très couverte … Ce serait bête d’attraper un rhume, vous êtes sûre de vouloir rester dans le froid et dans la nuit, seule ?

Lorsqu’il dit cela, je regardai ce que je portais et je manquai de tomber à la renverse. Je ne pensais pas cela possible d’atteindre un tel seuil de stupidité et de honte. Les affaires que j’avais saisi lors de mon départ et avais mis n’étaient pas mes affaires de la journée, c'est à dire des habits normaux mais mon pyjama !!! J’avais envie de partir en courant et crier mon désarroi mais le seul réflexe que j’eus fut de replier mes bras sur moi en poussant un petit cri aigu d’effroi tandis que mon visage était rougi par la honte. Si j’avais pu, je me serai enfouie le plus profond possible sous terre. Néanmoins quelques minutes plus tard, je tâchai de me calmer et lui répondit bien que ce fut bégayant :

-Je… Je crois qu’il vaudrait mieux que je rentre au final… Surtout… Dans cette tenue !!! Ce fut plus fort que moi, la honte et la gêne me rattrapèrent aussitôt. J’avais envie de pleurnicher de désespoir face à ma stupidité, mon étourdissement et ma maladresse, il n’y avait que moi pour faire ce genre de bêtises, je me désespérais totalement. Je comprenais maintenant pourquoi ce garçon s’inquiétait pour moi, il devait vraiment me croire soit folle soit incapable de me débrouiller seule ou alors totalement stupide voir même attardée.

Fiche créée par Kyul



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You shouldn't be here !   

Revenir en haut Aller en bas
 

You shouldn't be here !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wansu Apon a Taimu ::  :: Sherwood Forest-