AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Dim 21 Avr - 23:01

    Il faisait nuit depuis quelques heures maintenant. C'était un rituel pour toute la petite famille de Ah Bu, maintenant. Ils savent qu'au moins un soir par mois, le jeune homme était obligé de sortir pour aller voler de l'argent ou un objet précieux qu'il revendrait au marché noir pour pouvoir nourrir ses enfants. Il faisait tout pour qu'ils aient un niveau de vie plus que confortable, mais parfois, les finances arrivaient tout simplement au plus bas, et ils allaient avoir des problèmes avec l'assistance sociale, si quelqu'un s'en rendait compte.
    Ces soirs la, donc, les petits allaient se coucher sans faire de problèmes. Ils savaient que c'était important pour lui. Il était inquiet, et il avait surtout besoin de se concentrer sur ce qu'il allait faire. Il ne pouvait surtout pas se faire attraper par la police, parce que dans ce cas, ses enfants se retrouveraient tous au foyer d'acceuil...Son ancien refuge serait alors fermé....bref. C'était le pire scénario.

    En général, il faisait ca avec son meilleur ami, qui ne pouvait pas se libérer ce jour la. C'était donc la première fois qu'il faisait ce genre de choses seules, et comme il avait déjà le chic pour s'attirer des problèmes en général, quelque chose lui disait qu'il allait sans aucun doute avoir la aussi de gros problèmes...mais il n'avait pas le choix. Il lui fallait cet argent. Il souffla en donnant des instructions a la baby sitter, qui n'était évidemment pas au courant de ce qu'il faisait toute la nuit. Elle pensait seulement que le jeune homme allait travailler de nuit. Il s'en voulait un peu de lui mentir, parce qu'elle était très gentille et compréhensive...
    Mais il ne pouvait pas tout simplement pas faire confiance à n'importe qui sur ce genre de choses.

    Il lu l'adresse que lui avait noté son meilleur ami sur un bout de carton avant de partir. Une boutique de jouets, apparemment, et d'autre fournitures en bois diverses et variées...Un tout petit commerce, donc, qui n'avait pas d'alarmes....Il serait très facile d'y entrer, de voler deux ou trois objets de valeur, et l'argent de la caisse avant de partir.
    Qu'on ne se méprenne pas. Le jeune homme n'était pas quelqu'un de méchant. Bien sur qu'il s'en voulait de voler l'argent d'autres personnes qui travaillaient dur pour la gagner....mais lui aussi travaillait dur....et il ne savait pas quoi faire d'autre, avec dix enfants a élever....Ce n'était pas comme si d'autres anciens locataires du refuges avaient accepté de l'aider.
    -Espèces d'ingrats.... Il fit la moue.
    Ajustant son bonnet noir sur ses yeux noisettes, il s'approcha de sa «victime» de la soirée.

    « N'oublie pas, le crochetage de serrure est le moment le plus important. Tu dois etre plus minutieux »
    Le jeune homme n'avait jamais été joué pour ce genre de choses. Il laissait tout le travail compliqué à son ami quand ils travaillaient a deux, et s'occuper pour sa part de faire le guet, et distraire les passants. Il était aussi assez doué en combat rapproché et en brouillage de réseau....mais les serrures, c'était vraiment pas son truc. C'était bien trop minutieux et long pour lui. Mais aujourd'hui, il allait devoir faire avec. Heureusement, le batiment avait bien une porte de derrière, et la serrure tenait a peine tant elle était rouillée et vieille.
    Il n'eut donc aucun problème a rentrer, braquant sa torche droit devant lui, vérifiant (pas assez correctement), si il était seul, très nerveux.

    -C'est pas franchement prudent ca...chuchota t'il en découvrant la caisse, bien évidence, comme si elle invitait tout simplement le visiteur a venir s'y servir. C'était trop facile....Il aurait du se douter qu'il y avait un piège quelque part...Après tout, il y en avait toujours avec lui. Sans faute.
    Il s'avanca dans l'atelier, ignorant comme il pouvait le regard accusateur des poupées de bois posées sur les étagères...Dont il aurait pu admirer la beauté et la finesse si il n'avait pas été entrain de vider la caisse du magasin aussi rapidement possible.

    -Oh mon dieu, pardonnez moi !


    Chuchota t'il, hésitant entre le cynisme et la sincérité...quand soudainement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Mar 23 Avr - 21:34

Ki Oh à toujours aimé les choses en bois, il a un rapport très étroit avec ce matériaux. C'est vrai que cela peut paraître étrange, mais il avait une affection toute particulière pour le bois. Il aimait le toucher, le travailler pour lui rendre toute sa splendeur. C'était donc naturelle pour lui de devenir ébéniste, il créait toutes sortes de pièces en bois. Des jouets, des pantins, des meubles...tout ce qu'on pouvait faire avec du bois. Bien sure quand on fait un métier comme celui, il faut travailler beaucoup si on veut une vie décente. Travailler le bois prend énormément de temps, c'est très minutieux, on ne peut pas prendre beaucoup de commande en même temps. Il lui arrivait donc souvent de devoir rester à l'atelier, jusqu'à très tard le soir. On pouvait voir ça comme un inconvénient, mais il ne se serai pas vu faire autre chose que ça.

Maintenant qu'il s'était fait sa clientèle, il était plus rare qu'il reste tard le soir, mais e soir il allait devoir rester tard dans son atelier. Une couple lui avait commandé un meuble, il devait donc dessiner les plans selon les indications qu'ils lui avaient donné. Ki Oh avait déjà une petite idée de ce qu'il allait faire, mais cela allait lui prendre un bon moment pour terminer ça. Surtout, qu'il avait rendez-vous avec le couple en question le lendemain.

Il commençait à vraiment se faire tard, Ki Oh faisait que de bailler. Il alla se chercher un café dans la petite cuisine qu'il avait aménagé au fond de l'atelier. Lorsque le café coulait, il s'étira, il avait mal dans tout le dos et avait les bras engourdi. Il était resté trop longtemps appuyé sur la table. Il se frotta les yeux, il commençait à douter de pouvoir finir le plan ce soir. Il était vraiment épuisé. Lorsque le café eu fini de coulé, il se versa une tasse et retourna à son bureau. Alors qu'il avait presque fini, il ne manquait plus que quelques coups de crayon, il s'endormi. C'était un sommeil suffisamment profond pour qu'il rêve. C'était encore et toujours le même rêve qui revenait. Il était un pantin de bois, comme ceux qu'il fabrique pour amuser les enfants de la ville.

Alors qu'il était endormi, un bruit le réveilla, on aurait un bruit de porte qu'on forçait...Il était intrigué et émergea lentement. Puis, il entendit des bruits de pas. Quelqu'un était-il entré pendant qu'il dormait ? Pourtant il avait bien fermé la porte de devant de l'atelier...Soudain, il se rappela que la porte de derrière n'était pas en très bonne état. Ki Oh quitta son bureau, éteignit la lumière pour ne pas alerter le voyou qui était là. Il pris la première chose qu'il trouva, pour lui servir d'arme. C'était une chute de bois, ça allait faire mal, si il venait à devoir s'en servir. Même si il semblait faible, Kimi n'était pourtant pas nul lorsqu'il s'agissait de se défendre.
Le jeune homme approcha à pas de loup de la partie boutique. Il voyait le voleur de dos, il semblait porter une sorte de bonnet, ou quelque chose comme ça. Ce malfrat s'approchait de la caisse, Ki Oh avait oublier de la verrouiller....en même temps il n'avait pas pensé qu'il allait se faire voler ce soir.

-C'est pas franchement prudent ca... dit le voleur lorsqu'il s'approcha de la caisse.

Kimi était bien d'accord sur un point, ce n'était pas prudent. Mais bon, il y avait peu de chance qu'il se fasse cambrioler ce soir. Il n'avait vraiment pas de chance, comme si il avait le temps de s'occuper de ça maintenant, alors qu'il devait finir les plans pour ses nouveaux clients. Il regardait l'homme faire, tout en s'approchant lentement. Il devait être habitué à ce genre de situation, donc le seul moyen pour Ki Oh de vaincre son adversaire, était l'effet de surprise. Ce criminel qui s'était introduit dans sa boutique semblait intimidé face aux poupée qui trônait dans la boutique de Ki Oh.

-Oh mon dieu, pardonnez moi !

"C'est ça, court toujours" pensa Ki Oh. Il n'allait pas pardonner facilement ce que cet homme venait de faire, ou plutôt tentait de faire. Kimi était juste derrière lui. Au moment où l'inconnu s'y attendait le moins, Ki Oh Se jetta sur lui, tout en criant.

- YAHHHH ! Qu'est-ce que tu fais toi ! Tu te prends pour qui !

Kimi est de nature calme, mais ce soir, il était vraiment très énervé. Il n'avait plus peur, et n'avait pas hésité une seule seconde à se jetter sur le malfrat. Il était désormais accrocher sur son dos, il avait passer ses bras autour de son coups, Ki Oh voulait le forcer à tomber au sol. Dans le feu de l'action, il arracha son bonnet. Maintenant, il avait les bras autour de son torse...Ki Oh fut surpris de sentir un torse aussi ferme, il semblait être plutôt musclé...Mais ce n'était pas le moment pour pensé à ça. Cela faisait tellement longtemps que le pauvre Kimi était seul, que même dans une situation comme celle-ci, il pensait à son manque affectif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Ven 26 Avr - 19:07

    Ah Bu avait toujours eu un coté enfantin. Il aimait les vieux jouets, les jolies choses, les poupées, etc.... Ca lui faisait du mal de voler quelqu'un qui faisait de si belles choses....mais il valait mieux qu'il soit quelqu'un avec du respect qui ne détruise pas toutes ces magnifiques choses....car il connaissait bien des voleurs qui avaient un certain sadisme et en plus de voler l'argent des commercants, laissaient d'énormes dégats derrière eux.
    Mais il faut dire qu'il était aussi un voleur bien moins expérimenté qu'eux, et il n'en menait pas large en entrant dans l'atelier, qui était pourtant de toute évidence vide...Ou du moins, il aurait dut vérifier toutes les pièces et faire un peu moins de bruit. Au lieu de cela, le jeune homme se précipita vers la caisse, bien en vue sur une étagère.

    Se mettant sur la pointe des pieds pour attraper la grosse boite en fer, la descendant avec le plus de minutie possible, il se rendit compte que bien que l'atelier ne payait pas tellement de mine, l'homme semblait se faire beaucoup d'argent, vu le poids de la caisse...ce serait largement assez pour finir le mois, et peut être qu'il pourrait meme laisser de l'argent dans la caisse, histoire que l'homme qui tenait la boutique ne se retrouve pas sans rien.
    Ne prendre que dont on avait réellement besoin. C'était le crédo de son meilleur ami ainsi que le sien. Ils n'étaient pas la pour jouer les méchants, mais simplement pour s'en sortir, quand leurs plusieurs boulots avaient fini par ne pas suffire pour subvenir aux besoins de ceux qu'ils aimaient. On voyait très souvent les personnes obligées de voler pour survivre comme des fainéants, qui pensaient que voler les gens était un moyen bien moins fatiguant de gagner de l'argent que le travail.
    Et c'était vrai que quelques uns pensaient comme ca. Mais il ne fallait pas croire que c'était le cas de tout le monde, car bien au contraire les gens comme lui étaient soucieux de ne pas rendre les autres aussi désespérés qu'eux memes.

    Mais il devait aussi penser à ses petits...Ils avaient besoin de lui, et lui avait besoin d'argent pour leur donner à manger, un toit confortable, et tout ce dont des enfants avaient besoin. Avec deux enfants en très bas age, il ne pouvait qu'encore moins se permettre un faux pas. Il souffla doucement, et commença à essayer de crocheter la serrure de la caisse, beaucoup plus dur que celle de la porte, étrangement. Il était tellement concentré sur son travail, d'ailleurs, qu'il ne vit même pas quelqu'un arriver derrière lui.
    Ce n'est que lorsqu'un énorme poids s'affala sur lui et que des bras puissants se refermèrent autour de lui, le tirant en arrière, loin de son but, qu'il comprit qu'on l'avait eut en beauté.

    YAHHHH ! Qu'est-ce que tu fais toi ! Tu te prends pour qui ! 
    Poussant un petit cri de surprise, le jeune homme se mit immédiatement à se débattre comme un beau diable. Il ne fallait surtout pas qu'il se fasse attraper...Sinon il serait perdu, c'était clair et net. Que feraient ses petits sans lui ? Il allaient etre séparés, envoyés dans des orphelinats ou ils n'auraient pour la plupart aucune chance d'en sortir jusqu'à leurs dix huit ans. Il savait ce que ca voulait dire. Après tout, il avait fait deux ans en orphelinat, lui aussi, et il était clair qu'on n'y bénéficiait pas de l'amour qu'il avait pu avoir dans cette famille avant que son créateur ne meure. Il voulait réellement lui rendre honneur.

    Il réussit tant bien que mal a se retourner d'un mouvement brusque et à projeter l'homme sur l'une des tables, le coinçant sous lui.
    Alors il put voir de près son visage. Il fut alors très surpris de voir que le jeune homme n'était sûrement pas beaucoup plus vieux que lui. Il était horriblement beau, mais avait surtout l'air tout particulièrement inoffensif, un petit homme qui ne voyait pas la lumière du jour bien souvent à en sujet par son teint pale comme de la porcelaine.
    Honnêtement, il allait l’assommer pour pouvoir s'en aller... mais il hésita, contre toute attente, et le lacha, voulant profiter qu'il avait été sonné pour s'enfuir, tant pis pour l'argent, maintenant qu'il avait pu voir son visage.
    Mais il ne fit pas attention aux armoires qui avaient étées installées un peu partout, sur tous les murs, et en se relevant soudainement, il se cogna violemment l'arrière de la tete à l'armoire, et il tomba sur le sol, complètement sonné et inerte, inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Jeu 9 Mai - 2:17

Travailler. Travailler. Encore et toujours travailler. Voilà ce que faisait Ki Oh la plus part du temps. Bien sûre il avait d'autre distraction, mais bon, pour pouvoir gagner sa vie correctement, il fallait qu'il réalise beaucoup de pièces sculptées. C'était un travail long et minutieux. Ce qui avait développé sa patience. Mais le jeune homme adorait son métier, et il ne se voyait pas faire autre chose.

Comme il restait souvent très tard dans son atelier, il avait aménagé une petite pièce, dans laquelle se trouvait un clic-clac et quelques habits de rechange. Quand il n'avait pas le courage de rentrer chez lui, à cause la fatigue accumulé au cours de la journée. Il dépliait le canapé, et dormait dans son atelier. Certes, le confort était moyen, mais kimi se sentait bien ici. Et peu importe la qualité du lit, il mettait rarement longtemps à s'endormir.

Ce soir, l'ébéniste n'eut même pas le temps d'aller jusqu'en dans sa chambre d'appoint. Il s'endormi sur son plan de travail. La tête coller contre le plan qu'il était en train de dessiner. Son sommeil était très profond. il commençait même à rêver. Puis, kimi fut réveillé par un bruit étrange.

Lorsqu'il était sorti de son bureau, il avait remarquer que quelqu'un s'était introduit dans son atelier. N'étant pas très doué pour se battre, il avait abandonné l'objet qu'il avait pris comme arme pour finalement sauter sur son agresseur. C'était le moyen le plus efficace pour le déstabiliser, et avoir la chance de gagner de combat. Bien sûre, ce malfrat se défendait comme un diable, essayant de propulser Ki Oh loin de lui. Mais plus il se débattait, plus Kimi resserrait son étreinte. Après plusieurs minutes de se combat intense, l'homme qui s'était introduit avait réussi à les projeter tout les deux contre une table. L'ébéniste se retrouva nez à nez avec l'homme. Ils étaient très proche. Il pouvait voir les traits délicats du jeune homme. Il était beau. Même très beau. Et dégageait une certaine virilité. Sa bouche avait une forme très jolie. Ki Oh secoua la tête ! Ce n'était pas le moment de penser à ça. Même si la position pouvait être ambiguë, cet homme avait essayer de le voler...LUI ! Qui essayait tant bien que mal de rester honnête. Même si parfois il était tenter.

Kimi eu un frisson qui lui parcouru le long de la colonne vertébral. Il était persuader qu'il allait être assommé, puis abandonné là, gisant sur le sol. Mais contre toute attente, le voleur le lacha, puis au moment de prendre la fuite, il heurta l'armoire qui se trouvait au dessus de lui. Il ne semblait pas l'avoir vu. L'homme s'écroula sur le sol. Ki oh choqué, se précipita sur le jeune homme pour vérifier que tout allait bien. Il fut rassurer de voir qu'il respirait encore. Mais, il semblait plutôt sonné. Kim Ki Oh essaya de le réveiller, mais aucune réactions.

Il se gratta la tête, tout en se demandant comment allait-il bien pouvoir faire pour emmener ce grand gaillard jusqu'au lit qui se trouvait à l'autre bout de l'atelier. Il le releva comme il pu, l'appuya contre la table, puis le souleva et le glissa sur son épaule. Le voleur inerte était mince, mais il pesait bien son poids. Ki Oh tituba jusqu'à la pièce du fond. A chaque pas, ses jambes manquaient de se dérober sous lui. Il essayait de poser l'homme le plus délicatement possible sur le lit. Lorsque ce fut fait, le jeune ébéniste s'affala par terre pour reprendre son souffle. Kimi était vraiment incorrigible ! Une personne normal en aurait profité pour appeler la police, mais lui il ne pouvait pas faire ça. Le voyou était tellement mignon, qu'il devait avoir une bonne raison pour faire ça.

Kim ki Oh alla chercher un peu d'eau fraîche, puis pris la plus petite serviette qu'il trouva. Il la replia afin qu'elle ne couvre que le front du petit voyou. Il l'a plongea dans l'eau, et tamponna le visage de l'homme, avant de lui poser sur le front.

- Ah mon petit voyou ! Tu t'es bien sonné hein ?

Kimi était quelqu'un de très tendre. Et n'aimais pas voir les autres dans un sale état. Il attendit patiemment que le malfrat se réveille. Il ne pouvait décidément pas appeler la police. Il ne savait pas pourquoi, mais quelques choses lui donnait envie de mieux connaitre celui qui avait failli vider sa caisse. Après tout, une bonne relation, saine et pure peu commencer grâce à une situation comme celle-ci. Et ki Oh n'est pas du genre à porter de jugement. Lui-même avait déjà des choses mauvaises car il avait dû mal à discerner le bien du mal.

L'atelier était calme. Dehors il n'y avait pas un bruit. La respiration de l'homme était régulière. Tout ceci apaisa Ki oh qui fini par s'assoupir sur le torse de son agresseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Ven 17 Mai - 13:15

    Ca ne plaisait pas au jeune homme de voler des honnetes hommes qui faisaient de leur mieux pour gagner leur vie. Mais son existence lui avait appris que malheureusement, quand on avait la vie d'enfants dans les mains, alors on ne pouvait pas se laisser aller au remords. Il fallait agir et faire en sorte qu'ils aient la meilleure vie possible. Car ce n'était pas avec des bons sentiments que l'on pouvait nourrir une famille. Bien qu'il aurait tellement aimé que cela se passe comme ca. Que la vie soit plus facile, et qu'il soit chez lui à leur raconter une histoire plutot qu'ici à jouer les voleurs. Il fallait qu'il se dépèche... qu'il sorte d'ici et tout irait bien....
    Mais de toute évidence, Dieu n'était pas avec lui aujourd'hui, parce qu'il se rendit rapidement compte qu'il avait été grillé. Que le propriétaire de cet argent était maintenant sur son dos. La panique le paralysa pendant quelque secondes, jusqu'à ce qu'il se reprenne et qu'il commence à se débattre.

    Il ne voulait surtout pas faire du mal au jeune homme. Il avait l'air carrément sans défense et incroyablement gentil. Il ne faisait que protéger le fruit de son énorme travail. Alors après l'avoir coincé contre le plan de travail, il voulu se reculer et s'enfuir.... Mais en bon maladroit qu'il était, il se cogna violemment l'arrière de la tête, et n'eut pas le temps d'avoir mal, étant donné qu'il tomba immédiatement sur le sol, assommé et inconscient.
    Le reste resta très flou dans sa tete. Il se sentit transporté, soigné, mais n'arrivait pas vraiment à comprendre ce qu'il se passait. Il était encore persuadé que quand il reprendrait totalement conscience, il serait dans une cellule de la prison de la ville. Mais pour le moment, il laissa les bras de Morphée l'envelopper, et s'endormit.

    …..

    Il ouvrit brusquement les yeux. La pièce était presque encore plongée dans le noir, si ce n'est qu'une lampe était encore ouverte quelque part dans l'atelier et lui permettait de distinguer les contours de l'endroit ou il se trouvait. Attendez... un atelier ? Ca lui revenait maintenant.... il devait voler cette caisse, celle d'un jeune homme qui tenait un magasin d'objet en bois et qui gagnait étonnamment pas mal grace à son art. Il avait voulu lui laisser une partie de son argent, mais on....on l'avait attrapé par derrière, et il s'était cogné.
    Mais de toute évidence, il n'était pas en prison, parce que quelqu'un ne dormirait pas à moitié sur son ventre....n'est ce pas ?

    Il manqua de pousser un cri, mais n'en fit rien. Il ne voulait pas réveiller le beau jeune homme qui dormait sur lui, plus ou moins. Au lieu de cela, n'osant plus respirer, il l'observa. Il avait déjà remarqué, un peu plus tot, qu'il était vraiment vraiment très beau. Le genre de personnes qu'on ne peut juste pas ignorer oublier. Il était vraiment magnifique. Son visage avait cette symétrie que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Des yeux parfaits, des lèvres parfaites... il avait du mal a croire qu'un homme d'une telle beauté passait ses jours et ses nuits seul dans un atelier, mais ca ne le rendait que plus fascinant à ses yeux.
    Il ne se rendit que trop tard compte que le jeune homme en question était réveillé, et donc l'avait vu le fixer. Rougissant très violemment, il détourna rapidement les yeux.

    -J-j-je....

    Allez mon gars, un petit effort ! Il ne t'a pas livré à la police, alors ca veut tout dire ! Il ne va pas te manger.

    -Je suis désolé d'avoir essayé de vous voler. Je ne vous donnerai pas de détails...mais j'y étais obligé.

    Il ne disait que la vérité. Il éprouvait d'énorme remords. Mais que pouvait t'il y faire, exactement ? Pas grand chose, sinon s'excuser. Il ne pouvait pas effacer le fait qu'il y avait essayé de le voler et qu'il avait vu son visage donc maintenant, il n'y avait qu'une chose qui l'attendait... et il paniqua légèrement.

    -Vous...vous allez me livrer à la police ?


    Ca semblait évident non ? C'est ce que n'importe qui de sensé ferait. Il ne laisserait pas un voleur repartir en liberté, d'aussi bonne foie qu'il aie l'air, car on sait bien que normalement, les voleurs sont aussi de très bons menteurs. Mais lui ne savait pas mentir, ca se voyait bien à ses yeux qui s'étaient d'un seul coup remplis de larmes.

    -Je vous en prie, ne les appelez pas ! J'ai des enfants dont je m'occupe, je ne peux pas...je ne peux pas les abandonner, s'il vous plait, ils ont besoin de moi ! Je ferais tout ce que vous voulez... je vous en prie.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Lun 20 Mai - 23:34

Une personne normale qui serait tombé sur un voleur en plein larcin dans son atelier, aurait immédiatement appelé la police, surtout si le coquin en question s'était assommé en essayant de fuir. Mais Ki Ho n’était définitivement pas comme ça. Il semblait si gentil, Kimi se dit qu’il devait avoir une bonne raison pour avoir tenté de faire ça. Peut-être était-ce simplement le petit pantin qui essayait de lui trouver des excuses, car le voleur était tellement beau, c’était une beauté sauvage, qu’on ne voit que dans les films, et qui faisait bondir le cœur du jeune homme à la peau de porcelaine. Il savait qu’il risquait d’être déçu, mais il avait quand même choisi de trainer, tant bien que mal, le coquin jusque dans la petite chambre dans l’arrière-boutique, et s’était occupé de lui. Inquiet, il avait fini par s’endormir sur le torse de son voleur.

Kimi dormait profondément, bercé par la respiration régulière de l’homme qui s’était introduit chez lui. Ce même homme ce mis à gesticuler un peu, ce qui réveilla Ki Oh doucement. L’ébéniste l’observait clignant des yeux, et peinant à se réveiller. Le mignon petit voleur le fixait, mais il ne semblait pas avoir remarqué que Ki Oh aussi le regardait. Lorsqu’il s’en rendit compte, il se mit à rougir et détourna rapidement les yeux. Ce qui fit rire Kimi. Il était vraiment adorable. Le pantin le regardait, la tête légèrement penché sur le côté et souriait. C’était mignon de le voir essayer de parler sans bégayer. Quand il réussit à faire une phrase complète, ce fut pour s’excuser. Ki Oh ne prêta pas attention à ses paroles.

-Tu n’as pas mal à la tête ? Tu t’es cogné violemment. Dit-il tout en portant sa main contre le front du beau brun.

Il semblait sincère lorsqu’il s’était excusé, et Ki Oh était heureux de voir qu’il ne s’était pas trompé. Il avait été obligé de faire ça, peut-être avait-il un besoin urgent d’argent ? Ou alors on l’avait menacé ? Il chassa ces idées de la tête, cela lui faisait un peu peur. Il se rendit compte que le blessé commença à paniquer, puis il lui demanda s’il allait le livrer à la police.

-La police ? dit-il d'un regard interrogateur.

Aussi étrange que cela puisse paraître, il n’avait pas pensé une seule seconde à appeler la police. Bien sûr, il c’était dit que c’est ce qu’une personne normale ferait, mais on ne peut pas dire qu’on puisse le qualifier de « personne normale ». Il avait parfois des réactions étranges, que les autres ne comprenaient pas toujours. Cela venait surement de sa difficulté à différencier le bien du mal. Il ne faisait pas toujours la part des choses.

-Je vous en prie, ne les appelez pas ! J'ai des enfants dont je m'occupe, je ne peux pas...je ne peux pas les abandonner, s'il vous plait, ils ont besoin de moi ! Je ferais tout ce que vous voulez... je vous en prie.....

-Du calme ! Je n’avais même pas pensé à les appeler. Je suis étrange hein ? Mais, en te voyant assommé comme ça…tu paraissais…avoir besoin de mon aide. Et puis…je me suis dit que tu avais surement une bonne raison d’avoir fait ça. Je me trompe ?

Des enfants ? Kimi n’avait pas relevé, pour ne pas que le jeune homme pense qu’il était curieux, mais si, il devait bien l’avouer, la question l’avait démangé. Mais au moins, il savait plus ou moins pourquoi il s’était introduit dans son atelier, et était soulagé que ce ne soit rien de bien grave. Soudain, Ki Oh se rappela qu’il ne s’était pas présenté correctement.

-Je m’appel Kim Ki Oh, mais tu peux m’appeler Ki Oh ou Kimi. Et toi petit coquin ? Comment t’appels-tu ?

Parfois, sa façon de parler était un peu enfantine, et laissait transparaître sa fragilité. Il se releva, et se mis sur le lit, à côté du voyou qui avait tenté de lui dérober sa caisse, et qui pourrait bien lui dérober son cœur si la conversation se poursuivait. Avant de s’endormir, il avait pris le soin d’apporter une cruche d’eau et un verre pour quand le blessé se réveillerait. Il prit le verre, le rempli, puis le tendit au jeune homme. Kimi affichait un sourire remplit de tendresse. Puis il attendit que son patient prenne le verre, et réponde à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Sam 25 Mai - 20:08

    Le jeune homme ne comprenait pas ce qu'il se passait. Il s'était attendu à se réveiller dans une cellule, mais il était confortablement allongé sur un canapé, avec un beau jeune homme qui dormait sur lui. Il n'y comprenait rien. Voulait t'il qu'il soit réveillé quand la police arriverait ? Ca lui semblait bien gros, surtout que c'était plutôt dangereux, car il aurait très bien pu se lever doucement, et s'enfuir sans bruit avec la caisse. Mais non seulement il était incapable de faire ce genre de choses discrètement, ce qui expliquait pourquoi est ce qu'il s'était fait prendre en flagrant délit entrain de voler l'argent du pauvre garcon. De plus, maintenant qu'il avait vu le visage de sa victime, il ne serait pas capable de le voler sans etre tourmenté par les remords.
    Il avala comme il put sa salive mais s'étouffa avec celle ci à l'instant ou il se rendit compte que l'inconnu était réveillé.

    Il tenta alors de s'excuser pour ce qu'il avait fait. Ne disons nous pas « Erreur avouée, à moitié pardonnée ? ». Il espérait sincèrement que cela vaudrait pour ctte situation. Ses enfants l'attendaient chez lui. Ils voudraient qu'il les accompagne à l'école, c'était leur rituel du matin, avant qu'il ne parte chercher des petits boulots, jusqu'à ce que ce soit l'heure d'aller les chercher. Si il n'était pas la pour les emmener, ils allaient paniquer.
    Mais pour l'instant, il avait des problèmes bien plus sérieux.

    -Tu n’as pas mal à la tête ? Tu t’es cogné violemment. 

    Le jeune homme se tendit et n'osa pas bouger tout le temps ou le jeune homme posa sa main sur son front. Pourtant, c'était un geste plein de douceur et de tendresse, mais il ne pouvait s'empecher d'attendre le moment ou le jeune homme lui ferait payer ce qu'il avait fait. Après tout, ca aurait été normal, n'est ce pas ? Mais non, il ne semblait pas lui en vouloir.
    -La police ?
    Le jeune homme lui rendit son regard étonné. Il avait presque envie de lui dire : « Oui, c'est ce que feraient n'importe quelles personnes normalement constituées. ». Mais il n'en fit rien. Il sentit une bouffée d'espoir l'envahir.

    -Vous n'allez pas les appeler... ?
    -Du calme ! Je n’avais même pas pensé à les appeler. Je suis étrange hein ? Mais, en te voyant assommé comme ça…tu paraissais…avoir besoin de mon aide. Et puis…je me suis dit que tu avais sûrement une bonne raison d’avoir fait ça. Je me trompe ? 
    Le jeune homme secoua très rapidement la tete. Non, il était bien loin de se tromper. Il ne savait pas quoi faire, mais surtout, il avait peur, il avait peur de finir par perdre le foyer et d'etre à l'origine de la séparation de ce qui était devenu sa petite famille.
    Il tira légèrement sur ses mains, très nerveux.
    -J'ai beaucoup besoin d'argent... Je...je gère mon foyer, c'est des orphelins...mais je ne gagne pas assez d'argent pour leur donner tout ce dont ils ont besoin. Et j'ai peur qu'on me les enlève. Je … Pardon, je ne sais pas pourquoi je vous raconte ca.
    Il imaginait qu'il se fichait de tout ca.... et pourtant, quelque chose dans son regard lui disait qu'il s'en préoccupait réellement, que ca ne le rendait pas indifférent.

    Il se tut un long moment, déglutissant difficilement.
    -Je m’appel Kim Ki Oh, mais tu peux m’appeler Ki Oh ou Kimi. Et toi petit coquin ? Comment t’appeles-tu ?
    Le jeune homme hésita à lui répondre. Était ce une façon de lui soutirer des informations? Jouer les gentils ? Non, pas possible, il avait déjà été victime de ce genre de plans et il pouvait voir que Ki Oh ne mentait pas, dans ses yeux.
    Il semblait incapable de cacher ses sentiments.
    -Je m'appelle …. Ah Bu. Kim Ah Bu.... je... pourquoi vous etes aussi gentil avec moi ? J'ai failli vous voler... vous devriez me détester.

    On aurait du le bâillonner. A croire qu'il cherchait des problèmes. Il aurait du tout simplement accepter sa gentillesse et s'en aller, vite fait bien fait.
    Le jeune homme lui tendit un verre d'eau, et le jeune homme se rendit rapidement compte qu'il était totalement assoiffé. Il tendit la main pour attraper le verre et but très rapidement, savourant chaque goutte qui coulait dans sa gorge.
    -Ouf....merci.

    Il reposa son verre sur la table et le silence s'installa entre eux. Le jeune homme était très géné.
    -Vous...vous travaillez ici ? Ou vous assurez la sécurité ?
    Il avait encore du mal à imaginer que l'inconnu soit le propriétaire de ce magasin. Il regarda tout autour de lui, observant les petites et les grosses créations, magnifiques et mignonnes... Il se sentait bien dans cet endroit, qui respirait le bois frais.
    -C'est magnifique... je suis heureux que vous m'aillez stoppé. Cette boutique mérite vraiment de rester debout... Je... je peux ?
    Demanda t'il, voulant se lever pour aller voir un peu aux alentours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Mar 28 Mai - 17:52

Quand le jeune homme qui avait essayé de voler Kimi s’était réveillé, il semblait un peu perdu. Il ne devait surement pas s’attendre à ce que Ki Oh s’occupe de lui, il devait surement penser qu’il se serait réveillé en prison. Mais le jeune homme n’est pas comme ça. Peut-être que si il avait eu l’air vraiment méchant, il aurait appelé la police immédiatement, mais lui…Il paraissait…inoffensif. Kimi aurait culpabilisé si il l’avait envoyé en prison, il ne voulait pas le condamner.
En le voyant réveillé, Ki Oh lui demande s’il n’a pas trop mal à la tête. Il semble tendu lorsque Ki Oh le touche, ce qui surprend l’ébéniste. Il ne comprend pas vraiment pourquoi il semble si stressé, comme si il attendait le coup de grâce. Mais kimi n’allait rien lui faire, il n’avait absolument rien à craindre. C’était plutôt Kim Ki Oh qui était en danger. Ce dernier fut surpris, lorsque le beau brun évoqua la police, Kimi lui demanda de se calmer, car il n’y avait absolument pas pensé, bien que cela puisse paraître étrange.

-J'ai beaucoup besoin d'argent... Je...je gère mon foyer, c'est des orphelins...mais je ne gagne pas assez d'argent pour leur donner tout ce dont ils ont besoin. Et j'ai peur qu'on me les enlève. Je … Pardon, je ne sais pas pourquoi je vous raconte ca.

Ki Oh fut un peu surpris de voir qu’il se confie aussi vite, il avait pensé que cela prenne plus de temps avant qu’il ne se décide à lui dire ses raisons. Mais, il était en quelque sorte heureux, car il ne s’était pas trompé, un jeune homme qui semblait si gentil, ne pouvait définitivement pas être vraiment méchant, il avait senti qu’il avait de bonne raison pour faire ça. Mais sa situation attrista Ki Oh, il le regardait tristement, réfléchissant à une solution pour l’aider.

-Ohhh, de combien d’enfant t’occupes-tu ? Je suis désolé que tu doives vivre des choses aussi difficiles.

Il se sentait vraiment désolé pour lui, même si, au départ c’était lui la victime, il ne peut rester insensible devant quelques choses comme ça. Kimi avait bien une idée pour l’aider à s’en sortir, mais, il ne savait pas si le voleur allait accepter. Il semblait encore se méfier de Ki Oh, il allait donc falloir le convaincre qu’il ne risquait rien avec lui. Même si ça peut paraitre étrange que la victime aide le bourreau, Kimi ne voulait pas le laisser filer comme ça, c’était un peu égoïste de sa part, mais…il réveiller quelque chose chez lui…un truc qu’il n’avait jamais senti auparavant. Alors, il comptait bien le garder un peu plus longtemps près de lui afin de découvrir ce qu’est ce sentiment étrange qui traverse tout son corps lorsqu’ils se regardent, ou qu’ils se touchent.

Ki Oh s’était présenté correctement, car il n’avait pas encore eu l’occasion de le faire, puis demanda son nom au petit coquin, ça serai plus facile pour parler si chacun connaissait le nom de l’autre. Après hésitation, le blessé se décida à donner son nom, puis demanda pourquoi il était si gentil.

- Je t’en prie, tutoie-moi, on doit avoir à peu près le même âge. Dit-il en souriant. Et pourquoi je suis gentil ? Je ne sais pas…quelque chose chez toi me dit que tu ne le voulais pas vraiment et…j’aurai des remords et je culpabiliserais si je t’envoyais en prison. Surtout si tu dois t’occuper d’enfant…

Lorsque Kimi avait tendu le vers à Ah Bu, ce dernier l’avait bu d’une traite, il semblait assoiffé, ce qui fit rire Ki Oh. Il le regardait, avec un regard bienveillant et protecteur. Et, plus il le regardait, plus son cœur battait fort. Etonné par ce qui se passait dans sa poitrine, il porta la main vers son cœur. Mais que lui arrivait-il ? Il était perdu. Cette étrange sensation le fit rougir, il baissa donc rapidement la tête pour ne pas que le jeune homme qui se trouvait devant lui, le voit.

-Vous...vous travaillez ici ? Ou vous assurez la sécurité ?

-Hein ? Ahh, cet atelier m’appartient. Je passe le plus clair de mon temps ici.

Kimi se réjouissait de l’intérêt que lui portait Ah bu…Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais ça le rendait vraiment heureux. Décidément, il ne se reconnaissait pas ce soir.

-C'est magnifique... je suis heureux que vous m'aillez stoppé. Cette boutique mérite vraiment de rester debout... Je... je peux ?

-Merci à toi. Oui bien sûre ! Fais attention en te levant, tu as quand même été sonné tout à l’heure.

Kimi se leva, pour le laisser se lever à son tour, il restait près de lui, prêt à le rattraper au cas où il tombe. Même s’il semblait remis, mieux valait faire attention. Le jeune homme n’avait même pas envisagé que c’était peut-être pour pouvoir s’enfuir. C’était de la folie, mais il lui faisait confiance, et au fond de lui, il savait que Ah Bu ne tenterai rien contre lui.

-ça fait longtemps que tu es obligé de faire ça pour survivre ?

La situation de Ah Bu l’inquiétait vraiment, il aurait aimé pouvoir régler ses problèmes en un claquement de doigt, mais malheureusement, ce n’est pas possible ! Kimi s’était rassis sur le lit, et regardait le jeune homme, il était vraiment beau, son corps avait des proportions parfaites, sans oublié son visage très attrayant, et ses lèvres qui lui faisaient envie. Un frisson le parcouru, mais c’était loin d’être désagréable. Il continuait de le détailler de la tête au pied, en faisant abstraction au reste. Il reprit ses esprits, et ce reconcentra.

-Tu sais, il y a peut-être une solution pour gagner suffisamment d’argent, sans continuer à voler…

Depuis qu’ils avaient commencé à parler, Kimi avait eu une idée qu’il ne cessait pas de retourner dans sa tête. Il n’était pas sûre que Ah Bu accepte, et surtout, ça pouvait être risqué pour lui, mais, il sentait qu’il devait le faire. Kimi ne pouvait pas le laisser repartir comme ça et le laisser continuer à voler. Non pas qu’il s’inquiète pour les autres, mais il avait surtout peur qu’il ne se fasse attraper à nouveau, et il n’était pas sûr que les autre serai aussi compatissant.

-Tu ne gagneras pas un salaire énorme mais….ça devrait être suffisant…J’ai beaucoup de travail avec les créations et tout. Et…J’aurais bien besoin de quelqu’un pour faire le reste comme accueillir les clients, nettoyer l’atelier, et aussi s’occuper des livraisons de matériel, de la vente…enfin des petites choses comme ça. Donc…Si tu es prêt à te donner à fond, je peux t’offrir ce poste…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Lun 3 Juin - 21:27

    Son meilleur ami lui avait toujours dit d'en dire le moins possible sur sa situation actuelle. En fait, meme dans ses amis proches, il n'y avait que lui qui connaissait toute l'affaire. Il faut dire qu'il suffirait que la vérité échappe à quelqu'un pour qu'on décide de lui enlever ses enfants. Et c'était exactement la chose qu'il voulait éviter à tout pris. Les services sociaux pourraient meme le mettre en prison pour avoir prit l'identité officielle du dernier propriétaire du foyer parti trop tot. Bref, jusqu'ici il avait été un menteur hors paire. Jusqu'a aujourd'hui, seulement, puisqu'a peine quelques minutes après qu'il se fut réveillé, il avoua rapidement la vraie raison pour laquelle il avait essayé de le voler.
    Et il savait pourquoi il voulait naturellement dire la vérité... Il faut dire qu'il avait terriblement peur de décevoir la lueur de bienveillance qu'il voyait dans les yeux de sa cible.

    -Ohhh, de combien d’enfant t’occupes-tu ? Je suis désolé que tu doives vivre des choses aussi difficiles. 

    Le jeune homme hésita encore une fois. N'allait t'il pas etre choqué si il lui disait de combiens d'enfants est ce qu'il s'occupait ? N'importe qui penserait que ce serait dans l'interet des enfants de les dénoncer. Et si il s'était rendu compte qu'il ne pouvait les rendre heureux, alors le jeune homme aurait été le premier à se dénoncer pour qu'ils aient accés à une vie qui leur convienne. Mais étaient t'ils réellement en tort si ils vivaient tous en harmonie, que tous les enfants étaient inscrits à l'école, et que les plus petits allaient tous chez une nounou la journée, quand il travaillait ? Les petits avaient des vetements de bonne qualité, de bonnes joues rouges, de l'énergie, et vivaient comme n'importes quels enfants de leur age.... Alors quoi ?

    -En vérité, nous sommes sept, moi y compris. Mais, s'il vous plait, ne dites rien a personne. Je ne veux pas qu'on me les enlève....
    Il supplia le jeune homme du regard, s'inclinait aussi bas que lui permettait sa position. Il ne doutait pas qu'il soit bien assez compréhensif pour ne rien dire, mais il ne pouvait s'empecher d'avoir peur. Ces enfants, c'était toute sa vie, c'était sa famille. Et le seul problème, c'était qu'ils n'étaient pas reliés par des liens du sang.
    Et ca, comme par hasard, ca n'avait aucune valeur pour les personnes de lois. Il ne se préoccupaient que de ce qui était couché sur le papier.
    Je t’en prie, tutoie-moi, on doit avoir à peu près le même âge. Dit-il en souriant. Et pourquoi je suis gentil ? Je ne sais pas…quelque chose chez toi me dit que tu ne le voulais pas vraiment et…j’aurai des remords et je culpabiliserais si je t’envoyais en prison. Surtout si tu dois t’occuper d’enfant…

    Ce jeune homme était une personne assez étrange, il devait l'avouer. De toute les fois ou il avait fini par se faire prendre, il n'avait jamais trouvé une personne qui réagissait de cette facon. Non seulement il n'avait pas l'air de lui en vouloir pour ce qu'il avait tenté de faire, mais en plus il semblait s'inquiéter réellement pour lui, s'intéresser à qui il était. Si il n'avait pas été élevé en entendant toujours qu'il fallait etre prudent quand on rencontrait quelqu'un pour la première fois, il aurait juré que le plus vieux semblait vouloir faire sa connaissance, voir devenir son ami.
    Le jeune homme ne releva pas mais hocha la tete en sa direction, le remerciant silencieusement de sa sollicitude... Peut etre qu'il ne se rendait meme pas compte que rien qu'en gardant ces enfants avec lui, il risquait la prison.
    Au lieu de dire quelque chose sur lui, il préféra parler de la boutique de son « hote », qui le fascinait. Il retrouvait des fondations en bois qui avaient constitué le plafon de son enfance. L'atmosphère confinée et mal éclairée lui faisait penser à l'appartement ou il vivait encore avec les enfants.
    Mais le tout était propre et confortable, tout comme chez lui, même si ce n'était pas tellement ce à quoi on s'attendait au premier abord.


    -Hein ? Ahh, cet atelier m’appartient. Je passe le plus clair de mon temps ici. 
    Le jeune homme écarta les yeux, étonné. Et bien ! Meme si la boutique ne payait pas de mine, la plupart des jeunes entrepreneurs ne pouvaient pas acheter de local avant d'avoir exercé au moins une dizaine d'années, pour mettre de l'argent de coté. Pourtant, lui qui n'était pas bien plus vieux que lui, avait un magasin qui lui appartenait, et de toute évidence, il avait réussi. C'était réellement impressionnant.
    -Vous avez l'air d'aimer ce que vous faisez, vu la lueur dans vos yeux... Il sourit, amusé, et lui demanda si il pouvait un peu regarder, faire le tour. De toute facon, il n'avait plus l'intention de voler quoi que ce soit, et le jeune homme sembla s'en rendre compte, puisqu'il lui donna immédiatement son autorisation.

    Alors le jeune homme, une fois qu'il fut sur qu'il allait pouvoir tenir sur ses jambes, vint se mettre au bord du lit et se leva en s'appuyant sur la commode posée non loin du lit. Il se sécurisa, et bien que sa tete tournait légèrement, il pouvait marcher sans risquer de se cogner dans quelque chose et causer encore plus de problèmes.
    Alors, suivi de près par le propriétaire des lieux, le jeune homme commenca à faire le tour, frolant des doigts les poupées, figurines, jeux qui attendaient d'etre vendus ou livrer. Il se piqua légèrement à une planche qui n'avait pas été encore poncée.
    -C'est magnifique.... j'ai du mal à imaginer le travail que cela doit représenter !

    -ça fait longtemps que tu es obligé de faire ça pour survivre ? 
    -huh... euh.... non pas vraiment. Mais quand mon père d'adoption est décédé, je ne voulais pas que les enfants du foyer soient séparé... j'ai donc décidé de les garder avec moi... ce n'est pas vraiment accepté... alors j'espère que tu comprendras.
    Il se mordit la lèvre et regarda dans sa direction, plongeant son regard dans le sien pour savoir si il était sincère dans sa démarche.
    Heureusement, il respirait la douceur et la bienveillance. Il lui donnait vraiment envie de lui faire confiance !
    -Tu sais, il y a peut-être une solution pour gagner suffisamment d’argent, sans continuer à voler…

    Le jeune homme sursauta en attendant une telle phrase, et le regarda avec des grands yeux, ayant un petit espoir pendant un moment.
    Mais rapidement, la réalité le rattrapa et il baissa la tete en soupirant, complètement désespéré.
    -Mais ce n'est pas possible, j'ai déjà essayé, je ne suis pas doué pour grand chose, et je n'ai pas non plus de diplomes, alors ca ne sert à rien...
    Le jeune homme soupira. Il avait bien une chose pour laquelle il était doué, mais pour que ca lui permette de vivre, alors il devait passer professionnel, et avec aussi peu de temps, c'était impossible. Alors quoi qu'il en soit, il se retrouvait toujours à la case départ.

    -Tu ne gagneras pas un salaire énorme mais….ça devrait être suffisant…J’ai beaucoup de travail avec les créations et tout. Et…J’aurais bien besoin de quelqu’un pour faire le reste comme accueillir les clients, nettoyer l’atelier, et aussi s’occuper des livraisons de matériel, de la vente…enfin des petites choses comme ça. Donc…Si tu es prêt à te donner à fond, je peux t’offrir ce poste… 

    Le jeune homme fut réellement surpris par une telle proposition. Il venait de proposer un poste à un jeune homme qui avait failli partir avec sa caisse ? C'était un pari franchement risqué, engager un criminel notoire, meme si il avait toujours des bonnes raisons.
    Au début, le jeune homme pensait qu'il se moquait de lui, qu'il n'était pas vraiment sérieux. Mais il dut se rendre à l'évidence, il ne se moquait pas de lui. Non, lui était parfaitement sérieux.

    -Tu...tu es sérieux ?

    Apparemment. Le jeune homme n'en revenant pas de la chance qui se présentait à lui. Il avait beau penser qu'il ne la méritait pas, il ne pouvait s'empecher d'etre heureux comme un enfant le jour de noel. Il avait enfin trouvé un travail, alors il ne serait plus obligé de voler pour gagner sa vie. Ce n'était pas le plus beau jour depuis très longtemps.
    Sans réfléchir, il se jeta dans les bras du jeune homme en sautillant de joie.
    -Merci merci merci ! Tu ne peux pas savoir comment ca me fait plaisir !
    Il se rendit alors compte de ce qu'il faisait, et se dépécha de se détacher de lui en rougissant, craignant de lui avoir fait peur.

    -Désolé. Hum...
    Il leva la tete vers son compagnon en lui souriant de toutes ses belles dents.
    -Je te promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour t'aider au mieux ! Quand est ce que... quand est ce que je commences ?

    Maintenant qu'il le pensait, travailler pour un aussi beau patron l'intimidait un peu. Ca faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas eu de vrai travail, il avait tendance à s'attacher un peu trop rapidement aux gens a oublier leur position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Mer 4 Sep - 23:06

-En vérité, nous sommes sept, moi y compris. Mais, s'il vous plait, ne dites rien a personne. Je ne veux pas qu'on me les enlève....

Ki Oh le regarda un moment, il comprenait pourquoi il devait faire tout ça, s’il devait s’occuper de tant d’enfants. Ce n’était surement pas facile comme situation. En posant sa main sur le voleur, il lui fit comprendre qu’il n’avait pas à s’incliner de cette façon et, qu’il devait se relever. « Ne t’en fais pas, je ne dirais rien ! ». Sur ce, il fit comme s’il verrouillait sa bouche avec un cadenas et qu’il en jetait la clé. Le jeune homme rigolais de sa propre bêtise et regardais Ah Bu avec compassion. En regardant son camarade, la seule chose à laquelle pouvait penser Ki Oh était qu’on ne peut jamais savoir à l’avance que la vie nous réserve et, qu’elle est pleine de surprise. D’agréable surprise. On répétait souvent à Kimi qu’il était bien trop gentil et influençable…C’était surement vrai, mais que pouvait-il y faire ? Il ne pouvait pas appeler la police alors que le jeune homme avait une famille à nourrir. Le jeune homme sortit de ses pensées quand il entendit la voix de Ah Bu. « Ce que tu vois ici, c’est toute ma vie. » Il s’arrêta un instant. « C’est ce que j’ai de plus cher au monde ». Il était fier de sa boutique. Il avait beaucoup travaillé pour l’obtenir et pour la faire tourner. Ce qu’il faisait était un plus cher que les trucs que l’on peut trouver dans les grand surfaces, ce qui rebutait certains clients potentiels.

« Ne t’en fais pas, je n’ai pas à te juger pour les choix que tu as fait….Au contraire, je trouve même ça merveilleux de ta part. ». Ki Oh était sincère. Que son camarade ait tout fais pour maintenir l’unité de sa famille après le décès de leur père était vraiment très beau, très touchant. Il couvait du regard Ah Bu. S’en était presque triste qu’un homme aussi généreux que lui ait dû se résoudre à voler. Ça a du être terrible pour lui de devoir faire cela…Il avait envie de le prendre dans ses bras. De lui promettre qu’il n’aurai plus à faire tout ça. Qu’il allait pouvoir vivre une vie paisible avec ses enfants. Qu’il n’allait plus jamais manquer de rien. Mais, en avait-il vraiment le pouvoir ? Il n’en étais pas sûr, mais il avait envie d’y croire. Après avoir évoqué la possibilité qu’il existe un moyen qu’il n’ait plus à faire ça, il fini par lui proposer un poste.

Certes, c’était risqué. Mais, si personne ne tendais sa main à Ah bu, jamais il n’allait pas pouvoir s’en sortir. Ki Oh était prêt à prendre ce risque. Il était convaincu que cela allait bien se passer et qu’il n’y aurait pas de problème. Il se savait au fond de lui. « Je ne rigole jamais sur ce genre de sujet. ». Kimi fut surpris quand son nouvel employé lui sauta dans les bras. Il fit glisser ses mains dans son dos et le serra contre lui. L’odeur qui se dégageait de lui, lui fit tourner la tête et fit bondir son cœur. Il frissonnait. Et avait l’impression d’avoir des milliers de papillon dans le ventre. Que lui arrivait-il ? Il n’avait jamais ressenti cela. Qu’est-ce que c’était ce sentiment étrange ? Il voulait que le temps s’arrête et que se moment dur éternellement. Leur deux corps serré l’un contre l’autre…C’était magique.

Quand Ah bu se détacha, il se sentit affreusement bête. Pourquoi ressentait-il tout ça ? Il passa sa main sur son visage. Il devait être fatigué, c’est pour ça que son esprit et son corps réagissait ainsi. « ça me rends heureux de te voir comme ça ! ». Ki Oh réfléchit un instant. « Demain matin ? Tu penses pouvoir te libérer ? ». Il y avait un sacré boulot qu’il l’attendait le lendemain matin..Enfin, plutôt dans quelques heures. Une commande de matière première devait arriver, il allait devoir tout ranger et un coup de main n’était vraiment pas de refus. Mais, il s’inquiéta soudain pour les enfants. « Tu vas pouvoir trouver quelqu’un pour faire garder tes petits bouts aussi rapidement ? ». Ki Oh espérais vraiment qu’il allait pouvoir se libérer. Mais, il avait la sensation que ce n’était pas seulement parce qu’il avait besoin d’aide pour le boulot…Il..Il avait envie de le revoir. Mais pourquoi le désirait-il autant ? Il secoua la tête pour chasser tout ça de son esprit. « Si tu ne trouves personnes…S’ils sont sage, tu peux les emmener ici. Ça ne me dérange pas. ». Il lui fit le plus beau sourire qu’il put. Ki Oh regarda sa montre, il était vraiment tard. « Tu devrais peut-être rentrer chez toi, il est déjà très tard…Moi je vais aller finir mon travail. ». Il massa légèrement sa nuque endolori à cause de la fatigue. « On se voit demain matin alors ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Lun 9 Sep - 11:40

« Ne t’en fais pas, je ne dirais rien ! »
Il n'avait encore jamais rencontré de personne aussi gentille et naive depuis bien longtemps. Il se demandait si il était comme ca avec tout le monde. Ah Bu savait bien que lui meme ne ferait rien pour lui nuire mais les autres ? Rien n'était moins sur au final. Ils pourraient très bien lui demander pardon pour le poignarder dans le dos la seconde suivante... Cette constatation lui donna envie de protéger le bel ébéniste. Sans aucun doute que des personnes mal intentionnées avaient profité de sa gentillesse auparavant et qu'il avait du etre blessé.
-Tu es vraiment gentil, je te revaudrais ca, de n'importe quelle facon, tu peux me croire !

Et il était très sérieux, quand il disait ca. Après tout, rien que par son pardon il venait de sauver les 6 orphelins qui vivaient avec lui...
Le regard du voleur se posa un peu partout dans la boutique. L'arrière l'avait fasciné mais la boutique en elle meme n'avait rien à lui envier. Il avait l'impression d'etre entré dans un monde miniature ou l'on trouvait à peu près tout, du moulin à vent à la maison de poupées, en passant par des cages de balancoirs ou des ornements d'escaliers.

« Ce que tu vois ici, c’est toute ma vie. » Il avait rarement entendu autant de passion dans les paroles de quelqu'un. « C’est ce que j’ai de plus cher au monde » Et lui qui avait tenté de le voler...Il se sentait mal et idiot. C'était mal d'avoir pensé à profiter d'un travail aussi remarquable... Il admirait aussi le plus vieux... Il aurait aimé pouvoir parler avec des yeux pleins d'étoiles de son travail... Mais ce n'était malheureusement pas pour tout de suite.
Il se leva et toucha une flute du bout des doigts.
-C'est magnifique... Un vrai travail de pro... Ca m'étonne que tu ne sois pas plus connu en ville...
Dit t'il d'un air penseur.

Il s'excusa encore une fois de ce qu'il avait faillit faire... D'habitude, il s'attaquait toujours à des personnes qui avaient rien a perdre, ou qui avaient gagné cet argent de facon malhonnete, et quand ils le pouvaient il aidaient d'autres familles dans le besoin... Mais seul, il savait qu'il n'aurait pas fait le poid, alors il s'en était prit à une petite boutique... Il aurait mieux fait de s'abstenir, mais au fond, il n'en était pas mécontent. Ca lui avait en effet permis de rencontrer Ki Oh.
Celui ci, d'ailleurs, lui dit qu'il ne le jugeait pas. Au contraire, il semblait réellement l'admirer. Le plus jeune en fut abasourdi. Qui aurait voulu l'admirer, lui ? C'était totalement improbable. Il n'était qu'un petit voleur de bas étage sans aucun intérêt. Tout ce qu'il faisait, c'était essayer d'élever ses frères et sœurs pour qu'ils ne deviennent pas comme lui.
Il sourit pourtant, ce sourire s'effacant immédiatement quand il entendit le jeune homme lui faire une proposition qu'il ne pouvait pas refuser...

Il n'y croyait pas pourtant, et du demander au jeune homme si il ne lui faisait pas une blague (si s'en était une, elle était de très mauvais goût.
« Je ne rigole jamais sur ce genre de sujet. ».

Le jeune homme, après l'avoir jaugé, dut se rendre à l'évidence : Il était totalement sérieux ! Immédiatement, ce fut l'explosion de joie. Il allait enfin avoir un vrai travail bien mieux rémunéré que ses petits vols à l'étalage. Et tout ca grace au jeune homme. Il ne se rendit compte de ce qu'il faisait que bien plus tard et se détacha doucement en rougissant... Ce n'était pas le moment de faire une autre betise.
« ça me rends heureux de te voir comme ça ! »

-C'est grace a toi ! Tu ne peux pas savoir comme je suis heureux... ! C'est incroyable !

Dit t'il en sautillant partout.
Certes, ce n'était pas le travail le plus gratifiant qu'il soit, mais l'idée meme de rester ici, à aider le jeune homme, respirer les délicieux effluves du bois fraichement coupé, et contribuer à la confection de ces merveilleuses œuvres d'arts, déclenchait chez lui une douce euphorie.

« Demain matin ? Tu penses pouvoir te libérer ? »

Le jeune homme acquiesca vivement. Bien sur, il lui faudrait demander à la nounou de venir les garder toute la journée pour le moment, mais cela ne devrait pas l'embeter, surtout que les 4 plus grands allaient à l'école, alors n'étaient pas la la journée.
-Bien sur, aucun problème. Je serais la à l'heure !
Dit t'il en souriant.
« Tu vas pouvoir trouver quelqu’un pour faire garder tes petits bouts aussi rapidement ? ».

Les choses se présentaient bien, mais il espérait évidemment que la chance ne tourne pas trop vite pour lui, et donc qu'il puisse faire garder ses enfants le lendemain. Il se mordit la lèvre.
-Je pense que ca ira oui, ne t'inquiètes pas !
Mais son nouveau patron, dans sa grande gentillesse, lui dit, d'un air bienveillant :


« Si tu ne trouves personnes…S’ils sont sage, tu peux les emmener ici. Ça ne me dérange pas. ».

Le jeune homme l'observa, encore plus surpris.
-Wow... Je ne penses pas qu'il y aie deux patrons comme toi sur cette planète...

Certes, les patrons attentionnés ca existait, mais il n'avait jamais vu quelqu'un se préoccuper autant d'une personne qu'il ne venait que de rencontrer, et qui en plus avait essayé de le voler il n'y a pas quelques heures.
« Tu devrais peut-être rentrer chez toi, il est déjà très tard…Moi je vais aller finir mon travail. »

Le jeune homme se rendit compte qu'il avait vraiment retardé le jeune homme, avec ses betises, et s'excusa encore une fois. Cependant, il savait qu'il serait plus un frein à son travail si il lui proposait de l'aider... Il n'avait jamais travaillé le bois auparavant évidemment, mais comptait bien apprendre.
« On se voit demain matin alors ? »
-Avec plaisir ! Bon courage !

Il reprit rapidement ses affaires et, hésitant, il finit par faire demi tour pour serrer à nouveau le jeune homme dans ses bras.
-Merci, merci pour tout !
Quelques secondes plus tard, il disparut.
La nuit fut très courte, pour le jeune homme. Heureusement, la nounou avait accepté avec plaisir de venir garder les enfants, heureuse de voir que le garcon reprenait le droit chemin. A six heures du matin, heure du rendez vous, le jeune homme revenait vers la boutique en empruntant la porte de devant, cette fois ci.
-Kioh ?

Le jeune homme s'avanca doucement jusque dans l'atelier dans lequel il trouva son nouvel ami, dormant à poings fermés. Souriant, charmé par son doux visage, il repoussa une mèche de ses cheveux et se pencha vers lui.
-Ki Oh~ Il est l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Lun 9 Sep - 20:52

Ki Oh ne savait pas vraiment pourquoi il avait envie d’aider celui qui avait tenté de le voler. Peut-être parce qu’il devait s’occuper de ses frères et sœurs, et que lui-même ayant été adopté, il connait l’importance de la famille dans ce cas-là. Il n’aurait pas pu continuer à se regarder dans une glace s’il avait su qu’il avait brisé une famille. Le jeune homme esquissa un sourire quand Ah Bu lui dit qu’il lui revaudrait ça. « Tu n’as pas à me remercier autant, je ne fais que ce qui me semble juste. ». Tout sa vie, Kimi s’était évertué de faire ce qu’il lui semblait bon afin de devenir quelqu’un d’acceptable. C’était un peu comme si il risquait de se passer quelque chose de mal s’il n’agissait pas ainsi. Pourtant, c’était encore bien plus risquer d’être autant gentil, puisqu’on risquait d’abuser de sa gentillesse…D’ailleurs c’était déjà arrivé quelque fois dans le passé, mais il n’a jamais perdu espoir. Tout comme ce soir, il était plein d’espoir concernant le futur de son nouveau camarade.

« Oh, tu sais, je ne fais pas ça pour la reconnaissance…C’est juste, ma passion et je ne fais que la partager avec d’autres personnes. » Il s’arrêta un petit instant, jeta un regard circulaire dans sa boutique, puis repris. « Si je m’écoutais, je ne vendrais aucune de ces créations, mais…Il faut bien se nourrir. ». Il affichait un sourire serein sur le visage. Ki Oh avait comme une sensation de bonheur en voyant que Ah Bu s’intéressait autant à son travail. Il n’était pas habitué à ce qu’un étranger ne lui porte autant d’attention, ce qui faisait battre la chamade à son petit cœur d’artichaut. Puis, pour une raison qui lui échappait encore, il proposa à son compagnon de travailler pour lui. Certes, dans son métier les rentrées d’argent étaient plutôt aléatoires, mais il pouvait tout même lui offrir un salaire fixe. Il ne voulait plus le voir prendre autant de risque pour gagner de l’argent. Le petit voleur fut tellement heureux qu’il sauta dans les bras que Kimi, puis se détacha en rougissant. Une fois de plus, le voir ainsi fit bondir le cœur de Ki Oh. Pourquoi fallait-il qu’il soit si beau et si mignon ? Le pauvre ébéniste n’aurait rien pu lui refuser, s’il le lui demandait les joues rosies comme en cet instant. Il esquissa un sourire en guise de réponse.

Kim Ki Oh était heureux d’entendre que son nouvel employé allait pouvoir se libérer pour le lendemain matin. Mais, il ne put s’empêcher de s’inquiéter pour ses enfants et donc proposa à Ah Bu qu’ils les emmènent à l’atelier s’il n’avait personne pour les garder. Peut-être était-ce un peu égoïste de sa part, parce qu’il avait vraiment envie de revoir le plus jeune, pour apprendre à le connaitre. « J’adore les enfants, donc ça ne me dérange pas. ». Une nouvelle fois, il fit un sourire à son nouvel ami. C’était vrai qu’il aimait les enfants, d’ailleurs, c’était pour cette raison que sur son temps libre il s’amusait à monter des spectacles de marionnettes. Il adorait entendre leur rire cristallin, ça le réconfortait. Sans vouloir se montrer désagréable, Kimi expliqua qu’il avait du travail à finir et que vu l’heure tardive, Ah Bu devrait rentrer chez lui. L’ébéniste fut surpris quand son camarade revint vers lui pour le prendre dans ses bras. Il resta planté là quelques minutes, alors que le plus jeune était déjà partie. Il pouvait encore le sentir entre ses bras. Il secoua sa tête puis retourna dans son bureau travaillé sur ses plans.

La fin de sa nuit fut dédié à finir la conception des plans. Il devait les faxé aux acheteurs et, dès qu’il recevait le feu vert, commencer la conception dans la foulée. Une fois son travail fini, Ki Oh posa sa tête sur ses bras, pour reposer sa nuque qui lui faisait mal, mais, il finit par s’endormir. Il aurait dû s’en douter que ça lui arriverait, mais, il était persuadé pouvoir tenir.

Il faisait un doux rêve quand il entendit une voix masculine l’appeler. Il reconnut de suite la voix de Ah Bu. Au début, il pensait que c’était dans son rêve, puis sentant le souffle chaud de son camarade, il comprit qu’il se tenait à côté de lui. Ki Oh ouvrit doucement les yeux, pour voir apparaitre le visage du plus jeune. Immédiatement son visage s’illumina, il ne pouvait pas rêver mieux comme réveil et était heureux de voir qu’il était au rendez-vous. Il s’étira pour détendre ses muscles, puis passa sa main dans ses cheveux tout emmêlé. « Je suis incorrigible, je travaille trop et fini toujours par m’endormir ici.» dit-il en rigolant. «Tu vas bien ? Tu veux du café ? » Poursuivit-il après s’être levé. Il se dirigeait à présent vers la petite cuisine afin de faire couler une cafetière de ce délicieux nectar. Une fois la machine en marche, il se retourna vers Ah Bu. « Tu verras le travail n’est pas très compliqué, c’est plutôt calme le matin. ». Se rendant compte qu’il portait toujours les mêmes vêtements que la veille, il sortit de la cuisine en retirant son t-shirt sale, le roula en boule puis le jeta dans un coin de la pièce adjacente. Il attrapa le premier haut qui lui venait sous la main et revint dans la cuisine. Ki Oh se servit une tasse de café, fit signe à Ah Bu de se servir qu’il le désirait, puis bu une grande gorgée du liquide chaud. « Je vais te montrer deux-trois truc dont tu auras besoin, suis-moi ». Prenant sa tasse avec lui, il fit signe à son camarade de le suivre, prenant les plans fraîchement dessiné au passage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Mer 11 Sep - 9:27

« Tu n’as pas à me remercier autant, je ne fais que ce qui me semble juste. »
Et pourtant, Ah Bu ne pouvait s'en empecher. Car sans aller le dénoncer à la police, il aurait pu tout aussi bien signaler la situation. Après tout, Ah Bu n'avait pas officiellement la garde des enfants, personne ne devait savoir que c'était lui qui s'en occupait, sinon les services sociaux viendraient les chercher et lui... irait sans aucun doute en prison aussi pour ce cas de figure.... Il risquait bien des choses en ayant prit cette responsabilité, alors qu'il aurait très bien pu laisser faire depuis le début et continuer des études prometteuses.
Mais cette maison lui avait bien trop apporté pour qu'il la laisse disparaître aussi facilement. Voila pourquoi depuis deux ans, il s'escrimait tous les jours de sa vie, et qu'il ne voyait qu'une lueur d'espoir aujourd'hui, en la présence de l'ébéniste, quand il lui proposa de travailler pour lui.

« Oh, tu sais, je ne fais pas ça pour la reconnaissance…C’est juste, ma passion et je ne fais que la partager avec d’autres personnes. » Le jeune homme l'admirait, on pouvait sentir tout l'amour qu'il avait à donner dans chacune de ses pièces. « Si je m’écoutais, je ne vendrais aucune de ces créations, mais…Il faut bien se nourrir. »

Ca, il voulait bien le croire... ils vivaient dans une époque troublée, ou le moindre won était essentiel. Certains avaient le culot de dire qu'ils étaient maintenant une métropole dans l'air du temps, mais quand on regarde bien, les pauvres avaient toujours autant de mal à s'en sortir... voir encore plus, dans une ville hostile comme Séoul.
Mais l'aide se trouvait partout mais surtout la ou on ne l'attend pas. Il le comprit bien aujourd'hui quand son nouvel ami lui proposa un travail. Rien d'exceptionnel, bien sur, mais pour le plus jeune, c'était déjà beaucoup, aussi empressa t'il d'accepter avec gratitude...

Pendant un moment, il se demanda si cet homme n'était pas son ange gardien... Sous plusieurs aspects, ca en avait tout l'air... Déjà son physique faisait clairement penser à celui d'un bel ange … Puis il n'appelait pas la police alors qu'il avait essayé de le voler, mais en plus de ca, il lui offrait un travail. Et mieux encore, il semblerait qu'il aime les enfants. Cet homme avait vraiment tout pour plaire....Si il n'était pas son nouveau patron, il l'aurait bien invité à sortir un de ces soirs !
« J’adore les enfants, donc ça ne me dérange pas. »
-Tu es génial... merci, vraiment !
Dit t'il en souriant. Il ne savait pas comment faire pour rendre la pareil à l'ébéniste, mais ce qui est sur, c'est qu'il allait s'arranger pour le faire.... Mais pour le moment, il était temps de rentrer chez lui pour prendre quelques heures de sommeil avant de travailler.... Travailler, c'était un mot tout nouveau pour lui... Il espérait qu'il ne décevrait pas le jeune homme.

Il passa une très bonne nuit de sommeil, sans cauchemar, cette fois ci. Et bien qu'il n'aie dormi que quelques heures, il était de très bonne humeur, au petit matin. Il embrassa les petits un par un en faisant attention de ne pas les réveiller, s'habilla, se coiffa correctement et partit en direction de la petite boutique pour son premier jour de travail.
Bizarrement, avec le cœur léger et à la lumière du jour, la vieille devanture avait quelque chose de féerique. Il ouvrit la porte doucement, se doutant que le jeune homme devait s'etre endormi sur son travail... Il ne fallait pas etre devin pour deviner le genre de la maison.
Tranquillement, il entra, observant les créations qu'il n'avait pas eu le temps d'observer la veille, fasciné, puis s'approcha de la table ou le jeune homme s'était assoupi....

Il lui fallut un petit moment pour arriver à le tirer des bras de Morphée.
-Bien dormi … ? C'est pas une très bonne position pour ton dos ca...
Fit t'il avec une moue. Surtout si, comme il le disait, ca arrivait assez souvent. Mais le jeune homme était déjà debout, près à travailler.
«Tu vas bien ? Tu veux du café ? » Le jeune homme rit doucement à sa proposition
-Non merci... le café a vraiment un drole d'effet sur moi. Dit t'il en riant. Tu as... des bananes ?
Demanda t'il, l'air curieux. Oui, très bien, je vais VRAIMENT très bien, c'est une super journée !
Sa première journée de travail avec un patron adorable, dans un endroit qui le faisait rêver... bref, tout le monde aimerait que leur premier jour se passe ou se présente aussi bien. Le jeune homme se leva et passa devant lui tandis qu'Ah Bu attendait de savoir ce qu'il pouvait faire pour l'aider.
« Tu verras le travail n’est pas très compliqué, c’est plutôt calme le matin. ».
-Oh, je suis très endurant ! Je peux meme travailler dans des situations extremes,
dit t'il, avant de détourner précipitemment les yeux en le voyant retirer son t-shirt pour en mettre un autre. C'est qu'il avait AUSSI un corps sculpté par les dieux...
Il avait repris contenance quand le jeune homme revint vers lui.

« Je vais te montrer deux-trois truc dont tu auras besoin, suis-moi »

Le jeune homme hocha rapidement la tete et le suivit en sautillant. Ils passèrent dans la réserve, ou il était allé la veille. Il vit la caisse rouge mais ne s'y intéressa évidemment pas. Il avait plutot les yeux rivés sur les dizaines de jolies marionnettes, finies ou en construction.
-Ouah... tu aimes les marionnettes... C'est pour un client ?

Demanda t'il, intrigué... Soit c'était pour lui ou soit quelqu'un adooorait les marionnettes en bois, mais ca lui semblait peu probable.
Il en fit bouger une avec délicatesse.
-Ca me fait penser aux spectacles ou j'allais quand j'étais petit.... je les adorais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Mer 18 Sep - 3:25

En voyant les différentes réactions que Ah Bu avait suite à la proposition de travail, Ki Oh ne pouvait qu’être sûr de son choix. Il avait l’intime conviction qu’il ne serait jamais déçu par le jeune homme et que, même s’il avait essayé de le voler ce soir, ce n’était pas parce qu’il était mauvais. Mais bien parce qu’il en avait désespérément besoin et, que personne n’avait osé lui tendre la main pour lui venir en aide. Kimi avait donc eut la sensation que c’était son devoir de lui tendre la main. Son histoire l’avait touché et il avait pu sentir la sincérité du plus jeune. L’ébéniste rougissait dès que son petit camarade le remerciait. Il n’avait pas l’impression de faire quelque chose d’aussi exceptionnel qu’il le disait. Il pensait juste, que s’il avait été dans sa situation, il aurait aimé que quelqu’un lui tende la main sans s’octroyer le droit de le juger.

Peut-être que quelque chose d’autre le poussait à agir ainsi, il avait comme le désir de le garder prêt de lui. Croyez-vous au coup de foudre ? Avant ce soir, Ki Oh vous aurait probablement rit au nez si vous aviez prononcé ce mot devant lui. Certes, le jeune homme est un grand rêveur, mais il ne se considère pas assez naïf pour croire à ce genre de fables. Pourtant, quelque chose en lui, lui disait que c’était ce qu’il s’était produit quand il avait vu Ah Bu allongé, après avoir perdu connaissance. Il était irrésistiblement attiré par lui. A plusieurs reprises, il avait été tenté de faire un pas vers lui. Mais, il avait bien trop peur que son nouvel ami le rejette. Il ne savait pas s’il aimait les hommes. Peut-être allait-il très mal le prendre, si Kimi lui faisait des avances. Tant de questions, qui allait rester sans réponse pour ce soir, trottait dans sa tête.

Kim Ki Oh laissa partir Ah Bu à contrecœur de son atelier, seul réconfort, il savait qu’il allait le revoir le lendemain. L’artiste alla continuer son travail, le cœur serré. Il tentait de se concentrer sur son travail, mais il ne cessait de penser au jeune homme qui venait de partir. Finalement, le jeune homme au teint de porcelaine s’endormi sur son plan de travail. Il fit un rêve des plus agréables. Il était simplement assis dans un coin de son atelier, Ah Bu à ses côtés. Les deux jeunes hommes parlaient de tout et de rien. Puis, vint le moment Kimi attendait tant. Il s’approchait doucement de son compagnon, son visage à quelques centimètres de celui d’Ah Bu. Leurs lèvres allaient se rencontrer, quand une voix le réveilla. Quand il ouvrit les yeux, il fut heureux de découvrir l’homme dont il avait rêvé devant lui, même si, après coup, il était un peu gêné. Il n’avait pas pu s’empêcher de poser son regard sur les lèvres pulpeuses du chef de famille.

Un peu perturbé par les pensées qui lui venaient en tête, il se dépêcha de les chasser pour se concentrer sur ce que lui disait Ah Bu. « Oui, j’ai très bien dormi ! Mais, tu as raisons, je devrais arrêter de dormir comme ça… ». Dit-il en s’étirant. C’est vrai qu’à force de s’endormir dans cette position, il avait parfois quelques douleurs dans le bas du dos. Mais ce n’était rien d’insupportable, juste une petite gêne qu’il ressentait occasionnellement. Le plus vieux demanda au plus jeune s’il allait bien et si il voulait du café. La réponse de ce dernier fit sourire Kimi. Il n’était vraiment pas quelqu’un d’ordinaire. Il sentait qu’il l’appréciait de plus en plus. « Derrière toi. ». Dit Ki Oh en montrant un panier rempli de fruit en tout genre. Comme il passait le plus clair de son temps dans cette atelier, il prenait toujours soin à ce que les placards de la cuisine soit toujours rempli. Il y avait même plus de nourriture ici, que dans son appartement.

Ki Oh expliqua que le matin, il y avait peu de monde dans la boutique, donc que le travail n’allait pas être compliqué. Au moins, il allait pouvoir expliquer correctement à Ah Bu ce qu’il allait devoir faire et…Il allait pouvoir en savoir un peu plus sur lui. Mais, avant de lui montrer tout ceci, il devait d’abord changer de haut. Il ne pouvait pas se présenter devant des potentiels clients avec un t-shirt déjà porté la veille. Ainsi, il opta pour un petit pull noir très fin et près du corps. Le plus vieux revint dans la cuisine, récupéra sa tasse de café fumante et entraîna le plus jeune vers la partie réserve, où se trouvait les différentes matières premières qu'il utilisait, ses outils, ainsi que toutes les pièces qu’il était entrain de finir ou qui attendais que leur propriétaire vienne les chercher. « Ces marionnettes m’appartienne…Pour une raison qui m’échappe, je suis fasciné par ces petits pantin de bois. Alors j’en sculpte quand j’ai du temps, pour mon propre plaisir. ». Ki Oh tenait beaucoup à ses petites marionnettes, c’était inexplicable comme sensation, mais parfois il avait l’impression d’être comme elle. Voyant que son compagnon semblait les apprécier lui aussi, il décida qu’il voulait lui faire plaisir. « S’il y en a une qui te plaît particulièrement, tu peux la prendre. ». Il fixait le jeune homme et affichait un large sourire. Aussi loin qu’il se souvienne, il n’avait jamais rencontré quelqu’un qui s’intéresse autant à lui et à son art. En général, les autres faisait mine de s’intéresser à lui, que lorsqu’ils avaient besoin de ses services.

« Oui, moi aussi j’allais à ce genre de spectacle. ». Kimi se remémorais cette période, il adorait voir les spectacles de marionnette quand il était enfant. Il harcelait presque ses parents jusqu’à ce qu’ils craquent et l’emmène voir le spectacle. C’était d’ailleurs ce qu’il lui avait donné envie de faire lui-même des spectacles, pour donner au enfant autant de bonheur qu’il en avait eu. « Il m’arrive parfois de donner des spectacles, tu devrais emmener tes enfants un jour. ». Cela aurait été aussi l’occasion de rencontrer sa petite famille, même si cela, sonnait étrange dans la tête de Ki Oh. Rencontrer sa famille avait quelque chose de très officiel, alors qu’il n’y avait rien entre eux, à part dans la tête de l’ébéniste. D’ailleurs, il avait de plus en plus de mal à réprimer son envie de goûter aux lèvres Ah Bu. Gêné une fois de plus, par ses pensées, il détourna la tête après avoir rougit. « Donc… ». Sa voix tremblait d’émotion. « Comme tu le vois, cette pièce me sert à la fois d’entrepôt et d’atelier…Passons à la partie boutique. »

Comme s’il fuyait les sentiments qui commençaient à l’envahir, il se précipita vers la boutique. S’activant à faxé ses documents au client concerné. Il n’osait plus regarder dans les yeux son ami. Mille questions trottaient dans sa tête. S’était-il rendu compte de quelque chose ? Ses mains tremblaient, il peinait à faire ce qu’il voulait. Respirant profondément, Kimi réussi à se ressaisir et à insérer enfin ces maudites feuilles dans le fax. Une fois sa tâche accomplis, il se retourna brusquement, tasse à café en main et en renversa sur Ah Bu, qu’il ne pensait pas si prêt de lui. « Oups ! J-je … Je suis désolé. ». L’ébéniste était totalement paniqué et ne savait pas ce qu’il devait faire. Finalement, il posa sa tasse à café sur le comptoir, se baissa pour attraper une boite de mouchoirs et commença à épongé le torse de son camarade….Mauvaise idée ! Très mauvaise idée ! Son cœur commença à palpiter. Il se sentait idiot de perdre pied ainsi, comme si c’était la première fois qu’il ressentait de l’attirance pour quelqu’un. Sentant le rouge lui monter aux joues, il posa la boite de mouchoir dans les mains de Ah Bu et partie précipitamment en direction de la cuisine. « Je vais te chercher un truc pour que tu te changes ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Ven 20 Sep - 17:30

Si Ki Oh se rendait pas compte du caractère de l'énorme service qui lui rendait à cet instant, le plus jeune voulait le dire sans problème : il venait de sauver sa famille et donc sa vie... Il ne pouvait s'empecher de se sentir reconnaissant envers lui... en fait, tous les « merci » du monde étaient superficiels, quand on le compare à la chance qu'il venait de lui donner. Aussi, le jeune homme décida qu'il avait une dette éternelle envers son patron. A partir de maintenant, meme si le salaire n'était évidemment pas très élevé, cela lui suffirait largement pour subvenir aux besoins de sa famille... il pourrait peut etre meme commencer à mettre de coté pour leurs études, dans longtemps... les projets fleurissaient dans son esprit, en meme temps que sa tendresse pour le jeune homme...

Il n'avait jamais été le genre à se méfier « de tout », en quelques sortes.... Il n'imaginait évidemment pas qu'on aurait pu avoir des mauvaises intentions, en lui proposant un travail aussi rapidement, sans aucun entretien ou sélection... En meme temps, il se posait beaucoup de questions... Pourquoi se sentir si étrange en sa présence ? N'était il pas un jeune homme comme les autres ? Bien évidemment, il n'était pas complètement sans expérience amoureuse, et il savait qu'il était attiré par les hommes.
En fait, qu'il était attiré en particulier en son futur patron. Mais il n'étaient pas dans un club, ou tout le monde cherche plus ou moins la meme chose.
Ici, il ne pouvait évidemment pas faire le premier pas et risquer que le jeune homme prenne peur et le rejète.

Il ne put donc évidemment, que rentrer chez lui jusqu'au lendemain matin, premier jour de travail. C'était tout excité et très fière qu'il alla se coucher pour dormir quelques heures jusqu'au lendemain matin, pour se rendre à l'atelier aux premières lueurs du jour. Il trouva alors le jeune homme endormir devant ses plans.
Amusé, il sourit et s'approcha pour le réveiller en douceur. Seulement il se redressa brusquement, comme sur le qui vive, faisant rire le plus jeune.
« Oui, j’ai très bien dormi ! Mais, tu as raisons, je devrais arrêter de dormir comme ça… »

-Il faut bien que tu saches que j'ai toujours raison~
Dit t'il en riant. Il lui tendit la main pour l'aider à se relever. Ayant eu lui aussi des problèmes de dos auparavant, il savait mieux que personne que c'était parfois loin d'etre une simple douleur sans importance.

Ah Bu allait de surprises en surprises. Il avait la confirmation que l'ébéniste devait sans aucun doute dormir ici, et donc vivre ici la plupart du temps. Il avait donc tout prévu, meme si évidemment ce n'était pas le grand luxe. Et au plus grand plaisir de l'ancien voleur... Il avait meme des bananes ! Son fruit préféré et de loin...
Il s'empressa de remercier son ami et se mordre directement dans le fruit.
-Huuum délicieux~
Rien de mieux pour lui donner la peche pour la suite !

D'ailleurs, son compagnon ne tarda à lui faire une visite plus détaillée, histoire de s'assurer qu'il soit capable de retrouver quelque chose facilement dans ce joyeux capharnaum. Mais bien vite, son attention fut portée sur les marionnettes en bois.
« Ces marionnettes m’appartienne…Pour une raison qui m’échappe, je suis fasciné par ces petits pantin de bois. Alors j’en sculpte quand j’ai du temps, pour mon propre plaisir. »

Le jeune homme hocha la tete, regardant autour de lui, amusé mais surtout fasciné.
-Tu es tellement doué... on pourrait croire qu'ils sont vivants... Ou en tout cas qu'ils ont une ame !

Le jeune homme lui fit alors une proposition particulièrement surprenante.
« S’il y en a une qui te plaît particulièrement, tu peux la prendre. ».

Le jeune homme manqua de s'étouffer avec sa banane, tant il fut surpris.
-Tu...tu es sérieux ? Mais c'est le fruit de ton travail personnel et de ta passion... du coup …. je n'oserais pas....mais c'est adorable, réellement !
Dit t'il avec un énorme sourire en sa direction. On ne lui avait de cadeaux aussi...exceptionnel. Il en rougissait rien que d'y penser, en passant à autre chose.

« Oui, moi aussi j’allais à ce genre de spectacle. ».
C'était toute une partie de leur vie, ces spectacles de marionnette. Il faut dire que quand ils étaient plus jeunes, la télévision n'était pas encore aussi répandue, et internet encore moins, aussi au début, ils avaient vécu au gré des manifestations de villages ou de quartier.
Il y avait alors un peu tout. Des stans ambulants, de la musique, des chars, des danseurs professionnels, des groupes de danse, mais aussi les spectacles de marionnette, en l'occurence... tout ca, c'était des bons souvenirs, mine de rien.
« Il m’arrive parfois de donner des spectacles, tu devrais emmener tes enfants un jour. ».

Le jeune homme sourit de toutes ses dents. -C'est une super idée ! Il voudront forcément te rencontrer ! Dit t'il, enthousiasmé. Décidément, plus le jeune homme faisait de choses... plus il était impressionné mais aussi charmé.
Ce n'était pas tous les jours que l'on rencontre quelqu'un d'aussi doux et charmeur.

« Comme tu le vois, cette pièce me sert à la fois d’entrepôt et d’atelier…Passons à la partie boutique. »
Le jeune homme le suivit tranquillement, totalement crédule à ce qui pouvait bien se passer dans la tete de Kimi, qui s'activait déjà de bon matin. Il le regarda faire attentivement, pensant qu'il voulait lui montrer quelque chose, quand il fut rapidement rammené sur terre quand il sentit quelque chose de brulant sur sa poitrine.
-Ouah !
Il empecha le jeune homme se tomber en passant son bras sur ses épaules, mais lui était couvert de café très chaud, ce qui le fit grimacer.
« Oups ! J-je … Je suis désolé. ».
-Ca va c'est rien, vraiment, tu n'as pas besoin de euh...
Il rougit violemment quand le jeune homme commenca à lui éponger le torse, le niveau d'intimité avec le jeune homme qui lui plaisait étant légèrement trop élevé à présent, il ne savait vraiment plus quoi faire, et il se sentait bete de rester les bras ballant en attendant qu'il s'occupe de ca.
« Je vais te chercher un truc pour que tu te changes ! ».

-Merci...

Le jeune homme revint quelques minutes plus tard pour lui donner une chemise propre. Et c'est avec un peu de timidité que le jeune homme prit ses vetements pour aller se changer. Il se mordilla la lèvre et retira son haut mouillé pour enfiler la chemise du jeune homme.
Il sentait bon... en général, les hommes avaient une odeur très marquée, à cause de leur parfum, leur aftershave, leurs mauvaises habitudes liées à la cigarette aussi...
Mais le jeune homme, lui, avait une odeur qui rappellait le bois et les vieux livres. C'était terriblement agréable..
-hm... super, merci ! On peut reprendre la visite, si tu veux ! Qu'est ce que tu veux que je fasse ? Je peux porter des trucs, faire du ménage... Ton secrètaire... Demandes ce que tu veux !

Il n'allait surtout pas faire de chichis, surtout étant donné que c'était son tout premier travail. Alors bien évidemment, il avait à cœur de bien faire les choses.

-Je me demandais...

Le jeune homme toucha du bout des doigts un des meubles.
-J'ai bien remarqué que tu vis ici la plupart du temps... Tu n'as pas une petite amie...ou encore une famille, qui t'attend à la maison ?
Le jeune homme rougit, ne sachant pas trop pourquoi diable la réponse l'intéressait autant... Il se mordilla la lèvre, attendant qu'il lui dise tout.

-Enfin, tu n'es pas obligé de repondre si c'est trop indiscret ! Ca m'étonnait juste qu'un magnifique jeune homme comme toi ne soit pas chez lui le soir...

Il n'était pas intéressé...pas intéressé....
Mais il avait beau essayer de se dire que c'était le genre de choses que l'on demande entre amis, ca lui semblait idiot de sa part de l'imaginer... Bien sur qu'il était intéressé. Après tout, son ami était un beau jeune homme qui lui plaisait terriblement... Normal, qui ne le serait pas à sa place ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Dim 10 Nov - 19:53

Ce matin, l’ébéniste était d’une merveilleuse humeur ! Quoi de mieux que de se faire réveiller par l’homme qui nous plaît ? Voir ainsi Ah Bu, au milieu de son atelier, il avait l’impression de redécouvrir sa boutique et, elle lui plaisait encore plus qu’avant. Il était heureux de savoir qu’il allait pouvoir le voir régulièrement. Lui qui était souvent seul et, qui ne faisait pas vraiment d’effort pour se faire des amis, il était un peu perturbé à l’idée qu’il puisse autant désirer la présence d’un homme. Ne voulant pas que son nouvel ami se rende compte de quoi que ce soit, il fit tout pour cacher ses émotions et essaya de se comporter normalement. « Je n’en doute pas une seconde » dit-il en faisant un clin d’œil. Sa remarque l’avait fait rire. Après avoir attrapé la main que lui tendait son camarade, il se leva et l’entraina dans la cuisine, où il se fit couler du café et se changea. Son regard devint tendre quand il regarda son jeune employé se délecter de sa banane. Il était tellement adorable….Son cœur eut un raté, ce qui le fit rougir et, il regarda immédiatement ailleurs.

Ki Oh reprit la visite, pour expliquer l’utilité de chaque pièce à Ah Bu. L’ébéniste fut sincèrement touché par le compliment que son ami fit sur son travail. Pendant quelques secondes, il ne sut pas vraiment quoi répondre. « Merci…ça me fait plaisir de voir que je ne suis pas le seul à le penser. ». Il n’était pas vraiment habitué à ce qu’on le complimente autant et, se dandina un peu sur place, gêné par tout ça. Voyant qu’il semblait aimer autant que lui les marionnettes, il lui proposa d’en prendre une. « Une passion est toujours mieux lorsqu’elle est partagé avec quelqu’un… ». Il s’arrêta un instant, hésitant à poursuivre car il trouvait sa remettre un peu…déplacé. Ça donnait l’impression qu’ils avaient une relation intime ce qui fit palpiter son cœur. Mais, il reprit tout de même la parole. « Et puis, tu devrais l’avoir compris, je ne dis jamais rien que je ne pense pas. ». Kimi eut un sourire tendre qui se dessina sur ses lèvres pleines et roses. Son sourire devint plus grand, quand Ah Bu sembla réellement content à l’idée d’emmener ses enfants à un spectacle de marionnettes fait par lui. Il se mit même à rougir quand son ami lui dit que ses petits allaient surement être heureux de le rencontrer.

Ensuite, tout se passa très vite. Kimi était de plus en plus perturbé par la présence du beau jeune homme. Il tremblait. Son cœur palpitait à tout rompre. Il commençait à avoir chaud. Ses mains étaient moites. Toutes ces réactions, le faisait paniquer. Il avait la sensation qu’il perdait la tête et ne savait plus vraiment quoi faire. Quand il se retourna, il renversa du café sur son ami et voulu l’aider à éponger le liquide chaud, mais, il finit par fuir dans la cuisine, prétendant aller chercher un haut propre pour Ah Bu. Son cœur s’était emballé et avait eu des ratés, dès qu’il avait posé ses mains sur le torse ferme du plus jeune. Tout un tas d’idée lui avait traversé la tête, comme profiter de la proximité pour faire ce qu’il mourait d’envie de faire depuis son réveil : l’embrasser. Mais, il avait jugé que la fuite était une meilleure idée. Son courage avait ses limites et, vers un pas vers celui qui lui plaisait en était une. Une fois éloigné du jeune homme, Kimi pris un petit temps pour respirer et se calmer avant de retourner vers celui qui le rendait dans cet état. Il attrapa une chemise propre. Respira profondément, puis retourna dans la boutique.

Quand il revint près du jeune homme, Kimi avait retrouvé son calme, enfin en apparence, parce qu’intérieurement, il fut à nouveau chamboulé. Toutes les pensées qu’il essayait de chasser, revinrent à la seconde où il vu le visage de Ah Bu. *Bon sang ! Comment peut-on être aussi beau ?* se demanda-t-il. C’est avec un petit sourire crispé qu’il tendit la chemise au jeune homme, puis il le regarda partir se changer. Ki Oh se força à rester où il était et, il se mordit la langue pour ne pas partir le rejoindre. Il se mit une petite tape sur la joue, juste avant que son nouvel ami revienne. Pourquoi le voir avec sa chemise fit battre son cœur encore plus fort ? Quelque chose ne tournait, définitivement, pas rond avec lui ! « Ce que je veux ? Vraiment ? ». Un sourire coquin s’afficha sur son visage et, une petite lueur joueuse dansait dans son regard. Aussitôt, il se mit à rougir et se recomposa une expression un peu plus descente. Kimi était gêné que Ah Bu est pu se douter à quoi il pensait. Il essaya de se rattraper, non sans mal. « euh….Hmmm…P-pour ce matin…euh…J’attends juste une livraison, j’aurais besoin de toi pour ranger et…euh, un client doit venir à la boutique. Sinon, si le téléphone sonne ou que quelqu’un vient, tu pourras t’en occuper ? ». Précipitamment, il allait derrière le comptoir où se situait la caisse et se baissa comme s’il cherchait quelque chose qui se trouvait tout en bas. En réalité, il cherchait juste à éviter le regard du plus jeune, le temps qu’il reprenne ses esprits.

Kimi se décidé enfin à se relever, quand il entendit la voix de Ah Bu. Il observa le jeune homme, un peu inquiet de savoir ce qu’il voulait lui demander. Son cerveau étant quelque peu sens dessus-dessous, il mit quelques minutes avant de comprendre ce qu’il lui demandait. Et, se mis à rougir jusqu’aux oreilles en entendant le compliment que le plus jeune venait de faire. *A-t-il dit magnifique ? Ai-je bien entendu ?*. Il secoua la tête avant d’essayer de formuler une réponse. «Ne t’en fais pas, ça ne me gêne pas de répondre ! ». Il réfléchit un court instant avant de poursuivre. « Je n’ai que mes parents et, il n’y a pas d’homme dans ma vie… ». Kimi avait eu soudainement besoin de préciser qu’il aimait les hommes, comme s’il espérait que ça aurait un effet sur Ah Bu. C’était totalement stupide, surtout que par la passé, il avait déjà été beaucoup jugé pour ses préférences sexuelles et ça pouvait être risqué. Mais, il avait le sentiment que lui, n’allais pas le juger…Enfin il l’espérait. « Et toi ? Avec tous ces enfants, ça ne doit pas être facile d’avoir quelqu’un dans sa vie, je me trompe ? ». Le plus vieux ne pouvait que trop bien imaginer à quel point il devait avoir du mal à gérer sa vie de famille et sa vie sentimental. Surtout que, autant d’enfant peut faire peur. Peu de personne son prêt son prêt à assumer autant de responsabilités. « Tu n’as pas du tout de famille en dehors de ces enfants ? ». Kimi voulait mieux le connaitre, mais il était un peu triste pour lui. Il était seul et avait tant de chose à gérer…Il voulait l’aider, bien plus qu’il ne le faisait déjà en lui offrant un job. « Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite surtout pas à me demander ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   Mer 20 Nov - 0:07

Le jeune homme n'avait pas travaillé depuis longtemps (ou en tout cas pas fait de travail légal depuis longtemps) et il était un peu inquiet, mais dès qu'il était arrivé à l'atelier, pour travailler et non pas pour voler, cette fois ci, son nouveau patron avait sut le mettre à l'aise tout de suite. Sans aucun doute que leur peu de différence d'age ainsi que la patience et la tolérance de Ki Oh aidaient pas mal, mais il savait bien que le feeling y faisait énormément. Oui, Ah Bu n'était pas naif, il savait que le jeune homme qu'il avait essayé de voler dans la nuit lui plaisait énormément. Par contre, bien sur, il n'avait pas vu que son feeling était partagé... Mais c'était son patron, et il ne se connaissaient depuis quelques heures … Il n'était donc pas question de se laisser emporter et risquer de perdre ce travail...Il en avait besoin pour ses enfants.
Le jeune homme ne se brima pas pour autant pour ce qui est des compliments sur son travail. Il était impressionné par tout ce qu'il voyait. Après tout, toutes ces choses, c'était un travail de titan, et aussi un travail très minutieux... Et il avait toujours fait tout ca tout seul, sans jamais se faire aider. Il ne cessait de s'émerveiller en essayant de déterminer ce qui pouvait bien se passer dans l'imaginaire de cet homme adorable.
« Une passion est toujours mieux lorsqu’elle est partagé avec quelqu’un… »
. Le jeune homme sourit et ne put qu'acquiescer en souriant, bien d'accord avec lui. On ne se sentait jamais aussi complet que lorsqu'on partageait sa passion avec les personnes que l'on aime. Un peu benêt, il ne comprit évidemment pas le sous entendu de la phrase.
« Et puis, tu devrais l’avoir compris, je ne dis jamais rien que je ne pense pas. »

Le jeune homme sourit largement, ravi. L'idée de ramener une belle marionnette, ou un train pour ses enfants le mit réellement en émoi...Ils seraient tellement contents, même si il devait avouer qu'il n'osait pas vraiment y penser...Il faut dire qu'une de ces sculptures prenait des heures de travail... Celle qu'il emporterait, ce serait plusieurs heures de travail pour lesquelles ils ne seraient pas payé, et ça l’embêtait....Peut être que pour quelqu'un d'autre, ça ne l'aurait pas autant embêté... Mais il était si gentil et avait déjà fait tellement de choses pour lui...

Enfin, il n'eut pas le temps d'y penser plus, car bientôt, le jeune homme lui rentra dedans et lui renversa son café dessus. Il sursauta, surpris par le liquide brulant, mais l'oublia très rapidement. Il rit, ne lui en tenant pas du tout rigueur. C'était des chose qui arrivaient.
Le jeune homme essaya d'éponger le café comme il pouvait, mais de toute évidence, il paniquait et préféra partir chercher un nouveau t-shirt pour le plus jeune.
Le jeune homme rit doucement, et lui lança, en retirant sa chemise tachée.
-Ne t'inquiètes pas tant que ça ! Ce n'est pas grave, j'ai du détachant à la maison. Un tour à la machine, et elle sera comme neuve !
Il pensait réellement qu'il s'inquiétait seulement pour l'état de sa chemise, alors que de toute évidence, c'était son attirance pour lui qui l'avait fait fuir comme cela.

Il revint rapidement pour lui donner son propre haut, le plus jeune lui fit un clin d'oeuil, et s'isola quelques minutes le temps de se changer et d'enlever l'odeur du café sur son torse. Il rejoignit alors le jeune homme en rougissant un peu, un peu géné d'avoir passé la chemise du jeune homme... Gêné... ou très content, car elle sentait comme lui, c'est à dire très bon...
Il s'obligea à ne pas relever le col pour le sentir mieux, et pour se changer les idées, demanda au jeune homme ce qu'il pouvait faire pour l'aider, ce matin !
« Ce que je veux ? Vraiment ? »
-Ouip ! Encore trop dans son monde pour voir qu'il y avait un sens caché derrière sa question, il attendait simplement sa réponse en souriant largement.
« euh….Hmmm…P-pour ce matin…euh…J’attends juste une livraison, j’aurais besoin de toi pour ranger et…euh, un client doit venir à la boutique. Sinon, si le téléphone sonne ou que quelqu’un vient, tu pourras t’en occuper ? ».
-Bien sur avec plaisir ! Je peux faire ca ! Tu vois faire quoi toi ce matin ? Travailler sur une commande ? Il rougit légèrement, se rendant compte qu'il était un peu trop curieux. Oh euh... désolé... c'est peut etre confidentiel ?

Il rougit doucement, et se mit directement à faire ce qu'il lui avait dit, à savoir ranger la pièce. Il attrapa simplement les lingettes pour dépoussiérer et trier les armoires ainsi que les étagères.

Prit dans son travail, il osa lui faire un compliment assez délicat, et lui demanda implicitement si il avait quelqu'un dans sa vie. Il était tellement rouge qu'il n'osait pas le regarder et gardait les yeux fixés sur ce qu'il faisait.
«Ne t’en fais pas, ça ne me gêne pas de répondre ! » C'est qu'il était gentil comme tout... N'importe quel autre patron n'aurait jamais voulu répondre à une question aussi personnelle.
« Je n’ai que mes parents et, il n’y a pas d’homme dans ma vie… » Le jeune homme fut très surpris, et se tourna vers lui, arrêtant d'essuyer une petite boite en bois gravée.
-Oh ? Tu es... Il rougit violemment. Il semblerait que son attirance pour lui ne soit pas tellement vouée à l'échec..
« Et toi ? Avec tous ces enfants, ça ne doit pas être facile d’avoir quelqu’un dans sa vie, je me trompe ? » Le jeune homme secoua la tête. Oh non, il ne se trompait pas une seule seconde ! C'était terriblement difficile. Et pour cause...
-Avec autant d'enfants.... je n'ai pas vraiment l'occasion de voir quelqu'un... Pourtant j'aimerais...avoir un homme dans ma vie. Il rougit violemment et se mordit la lèvre.
Et puis des enfants, c'est beaucoup de responsabilités et je comprends que des jeunes hommes de mon age ne soient pas prêts pour ça....

Le jeune homme semblait s'intéresser à lui, ce qui lui fit plaisir. Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas eu une conversation aussi longue et passionnante avec quelqu'un, il faut dire !
« Tu n’as pas du tout de famille en dehors de ces enfants ? »
-Non...pas du tout. Je suis orphelin, et la personne qui m'avait recueilli les avaient recueilli, eux aussi. Mais il est décédé il y a quelques mois... Depuis j'ai décidé de m'occuper des petits pour qu'ils ne soient pas séparés. Et toi, ta famille ?
« Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite surtout pas à me demander ! »


-Merci... Tu es tellement gentil ! Mais tu as déjà fait énormément de choses pour moi... je ne pense pas mériter tout ca...
Dit t'il en souriant. Il allait lui poser une nouvelle question, quand soudainement, on sonna à la porte. La livraison, de toute évidence !
-T'inquiètes pas, je m'en occupe. Il fila dans le couloir et alla ouvrir à un jeune homme qui portait un énorme colis. Le jeune homme se présenta comme le nouvel employé du patron, signa le reçu et donna un pourboire au jeune homme.

Mais celui ci ne semblait pas décidé à partir. Pensant sûrement que son patron n'était pas la, il le dragua ouvertement.
Le jeune homme, prit de cours, essaya de dire qu'il n'était pas intéressé, mais l'homme était terriblement résistant.
-Monsieur...je ne veux...vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh   

Revenir en haut Aller en bas
 

1, 2, 3 little steps ft. Ki Oh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» THE OAS TAKES FURTHER STEPS TO SUPPORT 2010 ELECTIONS IN HAITI
» Please, just for me, forget the steps... Hold me, feel the music, and give me your soul. Then I can give you mine. [Interminable Tango] || Validé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wansu Apon a Taimu ::  :: Centre ville :: Wallaby Way :: Ki Oh création-